Plein ecran

Ce naufrage de Paris qu’a orchestré Anne Hidalgo

10/07

[…] En dix-huit ans d’emprise socialiste, Paris a échappé aux Parisiens. En seulement deux mandats, Anne Hidalgo a exclu les classes moyennes de nos quartiers, faisant de la capitale la ville des plus aisés et des plus aidés.
Nous y sommes, Paris est officiellement la troisième ville la plus chère du monde en termes de loyer et vient de franchir le seuil symbolique des 10.000€ du prix moyen au mètre carré au premier trimestre 2019. En quelques années, le bilan d’Anne Hidalgo s’est particulièrement dégradé: Paris se vide de ses habitants en faveur du tourisme. Ils sont 12.000 chaque année à déserter la capitale, alors que l’équipe d’Anne Hidalgo ne met pas les moyens nécessaires pour freiner le développement des plateformes de location touristique. Tout cela au détriment de la classe moyenne qui pourtant concourt à la prospérité et au rayonnement de la capitale.
La politique du logement parisienne tient en deux mots: le tout social. La Ville de Paris organise méticuleusement la pénurie du logement avec toujours plus de préemptions coûteuses et d’achats de logements occupés.
En 2017, ces mouvements financiers ont provoqué une dépense de 174 millions d’euros! Les conventionnements des logements du parc libre de la Ville en logements sociaux SRU (Loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbain) continuent aussi leur course effrénée dans les arrondissements de l’Est parisien, alors que certains comme les XIXème et XIIIème arrondissements atteignent respectivement 41,6% et 39,4% des logements sociaux en 2018.
La gauche municipale abuse du droit de préemption urbain renforcé –vieille recette communiste d’après-guerre– pour imposer “la mixité sociale à l’échelle de la cage d’escalier” et exiger une gestion de logement social au sein de copropriétés privées.
Or, la mixité sociale doit aller dans les deux sens.
C’est pourquoi la Région Île-de-France dirigée par Valérie Pécresse a fait un choix clair: elle ne finance plus de création de logements “très sociaux” dans les communes qui comptent déjà plus de 30% de HLM. La Ville de Paris devrait s’en inspirer à l’échelle de ses quartiers!
Cette mesure est doublement vertueuse: elle favorise l’accès à la propriété et la fluidité du parc social locatif. Le logement social doit être vu comme un tremplin et non comme une finalité. […]

Et l’avenir dans l’Est parisien est loin d’être prometteur! La dernière réserve foncière de la capitale située à Bercy Charenton dans le 12ème arrondissement sera le réceptacle d’un projet à rebours de l’histoire, un vrai retour en arrière à l’urbanisme des années 60/70. Se dresseront six tours de 85 à 180 mètres de hauteur dont certaines seront destinées à des logements sociaux dans un quartier déjà largement pourvu. […]

C’est un doux euphémisme que de dire que l’Est de la capitale n’est pas en reste concernant la saleté des rues, la prolifération des rats atteignant le ratio de trois rongeurs par habitant, les deals de crack, les incivilités grandissantes et la pollution… […]

HuffPost

Roubaix : "Non, des policiers ne s'en prennent pas à une femme parce qu'elle est voilée"
L’ancien président de l’Assemblée nationale et actuel ministre menait grand train aux frais du contribuable

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu