Plein ecran

Fin du concours, quotas et réforme de l’oral… Sciences-Po révolutionne son recrutement

26/06

 

Le système traditionnel de recrutement des élites à la française a-t-il vécu ? Alors que les grandes écoles sont sommées par le gouvernement de réfléchir au moyen de faire repartir l’ascenseur social et de prendre à leur bord des candidats issus de milieux moins favorisés, voilà que Sciences-Po, pionnière en la matière, annonce ce mardi une refonte complète de son mode d’admission.

« Ce sera plus simple de candidater », nous annonce son directeur, Frédéric Mion, qui espère faire bondir d’un tiers le nombre des postulants en première année, et ratisser davantage de jeunes issus de zones rurales et périphériques de province.

Et dire que c’était un must des concours à la française : les dissertations en deux parties de Sciences-Po, cette manne inépuisable pour les officines privées qui proposaient aux lycéens de s’y préparer (chèrement), vont disparaître. « Nous avons remarqué que les écrits se bornent à confirmer actuellement ce que le dossier scolaire des élèves permet déjà de mesurer, constate Frédéric Mion. Ils sont devenus un peu superflus. »

Sciences-Po recrutera désormais sur dossier, en prenant en compte les résultats de l’élève depuis la Seconde, et quatre à cinq notes issues des épreuves anticipées du bac version 2021. L’examen, dont la réforme est à l’œuvre, se déroulera en effet sur les deux dernières années du lycée, et permettra donc aux facultés et grandes écoles de s’adosser à lui pour sélectionner leurs candidats.

(…) Autre changement, et de taille : le concours parallèle, créé il y a 18 ans pour promouvoir les élèves de certains lycées de banlieue, va disparaître. Une manière pour l’école d’acter que le système était arrivé, ces dernières années, à sa limite. De plus en plus de jeunes issus de milieux plus favorisés s’inscrivaient dans les lycées estampillés « Sciences-Po » avec l’espoir d’intégrer la prestigieuse école parisienne. Ce phénomène, qui a l’avantage d’avoir apporté de la mixité dans des établissements qui en avaient besoin, a aussi entraîné… une chute du nombre de boursiers parmi les admis du concours parallèle.

Sartrouville (78) : deux prétendus exhibitionnistes pris à partie par la foule
Zineb El Rhazoui : "Le communautarisme est une réalité en France, la gauche et la droite ont fait des compromissions" (MAJ)

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu