Plein ecran

Afrique du Sud : Stefan Smit, viticulteur, assassiné dans sa ferme à la suite d’un conflit sur la confiscation de ses terres (MàJ)

09/06

Alors que le New York Times avait interviewé Smit pour un article publié le mois de mars dernier sur l’Afrique du Sud, l’organe de presse – dans le même article – a qualifié de « fausses ou exagérées » les allégations selon lesquelles des agriculteurs sud-africains étaient assassinés en grand nombre et forcés de quitter leurs terres. (Daily Caller)

Tucker Carlson (FOX News) : « En mars dernier, le Times a dressé le portrait d’un agriculteur sud-africain du nom de Stefan Smit. Les terres de Smit avaient été envahies par une foule qui avait construit des cabanes et refusait de partir. Smit a déclaré au journal qu’il avait reçu des menaces de mort, y compris une menace de le brûler vif. Il a dit qu’on l’avait intimidé pour qu’il vende sa terre à des fonctionnaires du gouvernement local. L’article contenait des citations de militants politiques qui attaquaient ouvertement Smit en raison de la couleur de sa peau. Malgré cela, le Times a conclu une fois de plus qu’il était « faux » de dire que les meurtres de fermiers blancs constituaient un vrai problème.

Hier, quatre hommes sont entrés chez Smit pendant qu’il dînait avec sa famille. Ils l’ont abattu et ils sont partis. »


Afrique du Sud – Stefan Smit a été tué par balle dimanche soir dernier dans sa ferme viticole Louisenhof, près de Stellenbosch.

Stefan Smit, viticulteur, propriétaire dans la province du Cap-Ouest, a été tué par balle lors d’une invasion de ferme. Selon News24, des suspects armés sont entrés dans la maison de Smit, et l’on pense que le vol n’était pas le mobile du meurtre.

Selon South Africa Today, M. Smit a fait les manchettes l’an dernier parce qu’il s’était retrouvé mêlé à un différend sur la confiscation de ses terres en 2018, lorsque des habitants d’un canton voisin ont érigé des cabanes sur ses terres et ont refusé de partir. Smit avait demandé une injonction du tribunal pour les expulser de son domaine.

M. Smit a reçu un certain nombre de menaces et a été contraint de renforcer les mesures de sécurité pour protéger sa ferme après avoir farouchement résisté à l’occupation illégale de ses terres.

Selon le président du syndicat agricole de Stellenbosch, Piet Carinus, Smit était en train de négocier la vente de certaines terres à la municipalité de Stellenbosch.

(…) The Citizen / TheDrinkBusiness

Montpellier (34) : la Ville octroie une ristourne sur l'acquisition de la grande mosquée
Pentecôte : une journée de solidarité à trois milliards d’euros

Derniers articles

Commentaires

Accueil
Menu