Plein ecran

Londres : un couple de femmes agressé dans un bus pour avoir refusé de s’embrasser, 5 jeunes arrêtés (MàJ : Libérés)

09/06

09/06/2019

Les cinq personnes interpellées à la suite de l’agression d’un couple de femmes dans un bus londonien ont été libérées sous caution samedi et convoquées pour début juillet, a annoncé la police britannique.

(…) Le Parisien


08/06/19

La police londonienne a déclaré dans un communiqué de presse que quatre agresseurs présumés âgés de 15 à 18 ans ont été arrêtés, ils sont accusés de vol et de lésions corporelles graves. Ils ont été emmenés dans des commissariats de police différents pour être interrogés.

Une cinquième personne âgée de 16 ans a été arrêtée samedi matin, selon la police.

NBC


07/06/19

Les deux femmes ont été frappées par un groupe d’hommes au visage.

Un couple de femmes a été violemment agressé dans un bus londonien par un groupe d’hommes qui les avait harcelées pour qu’elles s’embrassent, une attaque dénoncée sur les réseaux sociaux et condamnée ce vendredi par des dirigeants politiques britanniques. L’une des deux femmes, Melania Geymonat, 28 ans, a expliqué que sa petite-amie Chris et elle se trouvaient dans un bus de nuit, roulant tôt le matin du 30 mai à Camden, dans le nord-ouest de Londres, lorsqu’un groupe de jeunes hommes les a prises à partie.

«Ils étaient au moins quatre. Ils ont commencé à se comporter comme des hooligans, exigeant que nous nous embrassions pour qu’ils puissent nous regarder, nous traitant de lesbiennes et décrivant des positions sexuelles», a raconté Melania Geymonat sur Facebook. «Pour calmer la situation, j’ai essayé de faire des blagues» et sa petite-amie a fait semblant d’être malade, a poursuivi la jeune femme, «mais ils ont continué à nous harceler et nous ont jeté des pièces de monnaie».

Ensuite «Chris s’est retrouvée au milieu du bus et ils l’ont frappée», a-t-elle raconté, expliquant avoir également été agressée. Sur une photo prise par Melania Geymonat et postée sur Facebook, on voit la jeune femme saigner du nez, la chemise couverte de sang, tandis qu’à ses côtés son amie a le visage éclaboussé de sang et semble bouleversée.

(…) Le Figaro

Paris: Les câbles de frein sectionnés sur des dizaines de scooters en libre service
Col de l’Échelle (05) : un monument aux morts et une chapelle vandalisés et tagués avec des inscriptions anarchistes

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu