Plein ecran

Méditerranée : la Tunisie refuse de laisser débarquer 75 migrants (MàJ : ils veulent aller en Europe et menacent de se jeter à l’eau)

06/06

06/06/19

Toujours pas d’issue pour les 75 migrants bloqués depuis une semaine au large de Zarzis

L’attente est longue pour les 75 migrants, dont 32 mineurs, secourus au large de la Tunisie par le navire commercial battant pavillon égyptien, le Maridive 601. Depuis vendredi 31 mai, le patrouilleur-remorqueur est stationné au port de Zarzis, dans le sud de la Tunisie, les autorités refusant de laisser débarquer les naufragés sur le sol tunisien. (…)

Épidémie de gale

« Le personnel n’est pas content. C’était l’Aïd hier, ils n’ont pas pu rejoindre leur famille pour fêter la fin du ramadan avec leurs proches », confie à InfoMigrants Mongi Slim, un des responsables du Croissant-rouge tunisien dans la région de Médenine, qui est en contact avec l’équipage.

À bord, les conditions sanitaires se détériorent, les cas de gale se multiplient. « Il y a maintenant une trentaine de migrants infectés », précise Mohammed.

« On veut aller en Europe »

Une vidéo diffusée sur la page Facebook du Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES) montre les migrants scandaient « on ne veut pas de la nourriture, on ne veut pas rester là, on veut aller en Europe ».

infomigrants.net

Des migrants clandestins repêchés par une barge se retrouvent bloqués en rade du port de Zarzis, n’ayant pas obtenu l’autorisation de débarquer sur le sol tunisien. Lassés d’attendre depuis près d’une semaine, ces individus ont entamé une grève de la faim, et menacent de se jeter à la mer si les autorités tunisiennes leur refusent encore longtemps l’accès à Zarzis.

tunisienumerique.com


04/06/2019

Depuis vendredi 31 mai, les autorités tunisiennes refusent à un navire commercial battant pavillon égyptien de laisser débarquer sur son sol les 75 migrants – dont 32 mineurs – qu’il a secourus au large de la Libye. La tension monte chaque jour un peu plus à bord du ravitailleur-patrouilleur où la situation sanitaire est préoccupante.

« La situation est très compliquée à bord. Elle peut s’envenimer à n’importe quel moment, c’est très tendu ». InfoMigrants a pu joindre le second capitaine du ravitailleur-remorqueur égyptien qui n’a pas caché son inquiétude. Depuis vendredi 31 mai, Tunis refuse de laisser débarquer sur son sol le Maridive 601, qui a secouru 75 migrants, dont 32 mineurs, le même jour.

L’embarcation partie de Zouara, dans l’ouest de la Libye, était perdue en pleine mer avec son moteur en panne quand elle a croisé vendredi la route du navire commercial. L’équipage du Maridive 601 a alors alerté les centres de secours les plus proches, Rome et Malte. À défaut d’intervention des secours, et alors que la météo se dégradait, le remorqueur a fait monter les migrants à bord et s’est dirigé vers le port de Zarzis, dans le sud de la Tunisie.

« Nous n’avons pas assez de provisions pour les jours qui arrivent »

Depuis lors, le navire est bloqué au port tunisien. « Le gouverneur de la région refuse de laisser débarquer les migrants car selon lui, la région est saturée et n’a pas les moyens logistiques de les accueillir », explique à InfoMigrants Romdhane Ben Amor du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES). (…)

L’organisation internationale des migrations (OIM) assure dans un communiqué être prête « à apporter toute assistance nécessaire en termes d’hébergement d’urgence, de soins médicaux, de nourriture, d’accompagnement psychosocial en étroite collaboration avec les autorités et les équipes mobilisées du Croissant-rouge tunisien et du Haut-commissariat pour les réfugiés. » (…)

infomigrants.net

« On rêve du Moyen Âge car on est angoissé par notre avenir »
«Gilets jaunes» : prison ferme requise pour avoir dégradé le temple maçonnique de Tarbes

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu