Plein ecran

Marseille : une jeune femme et un ado de 14 ans blessés par tir de LBD et coups de matraque, 2 enquêtes ouvertes

Juin
2019
Cette enquête préliminaire pour « violences volontaires aggravées par personne dépositaire de l’autorité publique » vient s’ajouter à une autre enquête sur des violences policières commises le même jour sur une jeune femme de 19 ans.

Ce samedi 8 décembre […] un l’adolescent de 14 ans, qui n’a pas participé pas à la manifestation, rentre chez lui, accompagné de sa grande sœur. Il se trouve non loin de son domicile lorsqu’il est « tout à coup » encerclé par des policiers, rapporte la plainte, consultée par l’Agence France-Presse (AFP). « Voulant se défendre, il a jeté un trognon de pomme en direction des policiers », a précisé son avocat, Me Brice Grazzini. « Il a été identifié et touché ensuite en pleine tête et de dos » par un tir de LBD, ajoute le conseil. […]

L’adolescent perd connaissance quelques instants. Il est conduit aux urgences pédiatriques et se voit prescrire vingt et un jours d’incapacité temporaire totale (ITT). Il souffre d’un traumatisme crânien et d’une « fracture occipitale ». Le constat médical fait également état de troubles post-traumatiques, « un état anxieux persistant, avec cauchemars, une apathie et des insomnies avec une perte de 3 kg », nécessitant un suivi par un pédopsychiatre. Le garçon ne sort plus de chez lui et a dû interrompre sa scolarité durant deux mois.

[…]Filmée par des riverains, la vidéo montre des policiers frapper un corps à terre. On distingue des CRS en tenue de maintien de l’ordre et des fonctionnaires en jean et blouson, casqués ou le bas du visage couvert d’un foulard, mais porteurs d’un brassard de la police. Une pluie de coups de pied et de matraque s’abat sur la silhouette allongée au sol, éclairée par les lumières orangées de la rue Saint-Ferréol à Marseille, à deux pas de la Canebière. Puis la douzaine de policiers quittent les lieux sans précipitation, devancés par quelques passants qui détalent.

Ces images ont été transmises au parquet de Marseille qui a ouvert, mardi 30 avril, une enquête préliminaire pour « violences aggravées par personnes dépositaires de l’autorité publique ». Elle a été confiée à l’inspection générale de la police nationale (IGPN), le jour même du dépôt de plainte de Maria, 19 ans, une jeune vendeuse marseillaise. Dans cette plainte, son avocat, Me Brice Grazzini, évoque une tentative d’homicide volontaire.

Le Monde

Nancy (54) : une forêt interdite d’accès à cause des déjections de Gens du Voyage
Blanquer dévoile 10 mesures pour lutter contre le harcèlement scolaire

Commentaires

Accueil
Menu