Plein ecran

Belgique : le «cordon sanitaire» autour du Vlaams Belang doit être brisé selon la majorité des Flamands

28/05

Pour 65% de la population flamande, le cordon sanitaire à l’égard du Vlaams Belang, sorti nettement renforcé des élections, peut être rompu, ressort-il d’un sondage effectué au lendemain des élections pour le compte du quotidien Het Laatste Nieuws et de VTM. Du côté des électeurs de la N-VA, cette proportion d’ouverture au Vlaams Belang grimpe à… 85%. Comment les partis flamands peuvent-ils encore freiner la machine désormais ?

A l’opposé, un tiers (31%) des personnes interrogées pensent que le cordon sanitaire doit être maintenu et quatre personnes sur dix pensent qu’il n’est pas souhaitable de laisser le Belang aux commandes de la gestion des affaires publiques.

Tom Van Grieken est très heureux de ces résultats. “Cela surpasse tout. Si ces chiffres prouvent quelque chose, c’est bien”, a déclaré le président du parti.
Dans le même sondage, les électeurs du Vlaams Belang ont été interrogés sur leur motivation du choix de la formation d’extrême droite. La problématique de l’asile et de la migration a été évoquée le plus souvent, devant le mécontentement à l’égard des partis classiques et la politique gouvernementale.

7sur7.be

Du sondage, on peut surtout s’étonner de lire que même une frange d’électeurs de gauche (sp.a, Groen, PVDA-PTB) en déduisent qu’il va falloir donner voix au chapitre à l’extrême droite: 41,1% des électeurs PVDA, 31,3% des électeurs socialistes flamands et 26,4% des électeurs écologistes flamands sont ainsi disposés à voir leur parti se lancer avec le Vlaams Belang. Et sans prôner une coalition de leur propre parti avec le VB, 4 socialistes et écologistes sur dix trouvent qu’il faut au moins laisser tomber le cordon sanitaire. “C’est évidemment énorme”, reconnaît le politologue Carl Devos de l’UGent. Mais selon lui, cela ne signifie pas qu’il y a une réelle sympathie pour l’extrême droite: “Une partie des électeurs progressistes en Flandre veut laisser le VB co-gérer pour mieux les voir foncer droit dans le mur, ils pensent: ‘s’accrocher un peu pour mieux s’en débarrasser ensuite’ , analyse-t-il.

7sur7.be

Émeutes au centre de rétention de Rennes : un an de prison pour un Algéro-Marocain de 18 ans
Londres : des familles somaliennes préfèrent envoyer leurs ados au pays plutôt que de les laisser grandir dans l'insécurité

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu