Plein ecran

Irak : né au Bangladesh et converti à l’islam, Mohamed Ozaki est le premier Japonais de l’État islamique à être arrêté, il était recruteur de djihadistes

24/05

Le Japonais Mohamed Saifra Ozaki, ancien professeur associé à l’Université Ritsumeikan (Kyoto), est incarcéré en Irak, soupçonné d’être membre de l’Etat islamique. Il a été neutralisé par les forces kurdes.

La presse syrienne a rapporté qu’il est le premier Japonais de l’Etat islamique à être arrêté. Il a été professeur à l’Université Ritsumeikan et était recherché en tant que suspect dans l’attentat terroriste de Dhaka, au Bangladesh, en 2016. Dans cette attaque, 24 personnes ont été tuées, dont 7 Japonais.

Cependant, les médias ont affirmé qu’il était le mentor de l’attaque et non un participant à l’attaque. En 2017, un journal local a estimé qu’il était le chef de la branche de l’État islamique au Bangladesh.

Il aurait été nommé en 2015 lorsqu’il s’est rendu en Turquie. Il cite également le nom de son maître musulman, un Japonais. Il est venu au Japon en tant qu’étudiant boursier à Ritsumeikan Asia Pacific. A l’époque, il était un hindou, né au Bangladesh.

Il a appris le japonais, s’est converti à l’islam et a épousé une Japonaise en adoptant son nom de famille.

Après avoir obtenu son diplôme, il a été embauché comme professeur auxiliaire dans le même établissement. En 2015, alors qu’il enseignait encore, il est parti en Bulgarie et n’est pas revenu. L’université l’a congédié pour une longue période d’absence.

Après sa conversion à l’islam, il s’est radicalisé et est considéré comme le principal recruteur de djihadistes au Bangladesh. Le principal outil de diffusion et de recrutement idéologique qu’il utilise est Facebook.

En tant qu’enseignant, il aurait envoyé une grande partie de son salaire pour financer le terrorisme. Selon les médias locaux, sa femme et deux de ses enfants qui l’accompagnaient ont fini par mourir dans un raid aérien.

Portalmie.com / Asahi.com

Seul un Allemand sur cinq se sent libre d'exprimer son opinion en public
Royaume-Uni : des centaines de ressortissants européens n’ont pas pu voter lors du scrutin européen

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu