Plein ecran

Une start-up américaine anti « fake news » veut noter 90 % des sites d’information français d’ici à juin

23/05
La chasse aux fausses informations ne dépend plus seulement de subventions, notamment par Google et Facebook. Alors que l’AFP veut en faire une nouvelle ligne de revenus , la start-up américaine NewsGuard se lance sur ce marché. Créée par Steven Brill, fondateur du magazine « The American Lawyer » et professeur de journalisme à l’université de Yale, et par Gordon Crovitz, ancien directeur de la publication et chroniqueur du « Wall Street Journal », la société est arrivée en France ce mercredi , après s’être lancée aux Etats-Unis et au Royaume-Uni (elle se déploie aussi en Allemagne et en Italie).

L’idée de NewsGuard est de labelliser les médias d’information, blogs, sites de santé, etc. en leur accolant un petit drapeau vert ou rouge selon que l’on peut leur faire confiance ou non (l’étiquette est jaune pour les sites parodiques comme « Le Gorafi »). Le drapeau renvoie à ce que NewsGuard appelle une « étiquette nutritionnelle », c’est-à-dire une longue note présentant le média et justifiant sa note en fonction de neuf critères de crédibilité et de transparence. La société a une équipe d’« intervention rapide » pour les médias qui se lancent dans le but de propager des fausses informations. […]

Pour la France, NewsGuard emploie 7 personnes (sur un total de 35). Sa conseillère éditoriale est Alice Antheaume, directrice exécutive de l’Ecole de journalisme de Sciences Po. Avec la soixantaine de médias déjà labellisés, NewsGuard France couvre 75 % des informations sur la Toile française et espère parvenir à 90 % en juin. Russia Today, Sputnik, Epoch Times Actualités, Dreuz.info ont notamment obtenu un drapeau rouge.

Les Echos

Europe : les chiffres des réfugiés depuis 60 ans, pour en finir avec les fantasmes
« Aussi divers soient les Européens de l’Est, ils se rejoignent sur un message : l’Europe, ils y tiennent »

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu