Plein ecran

Monfalcone (Italie) : la ville où les immigrés ne sont pas les bienvenus

22/05

80 %. Ce chiffre correspondant à la chute drastique du nombre de migrants arrivés en Italie par la mer en 2018, par rapport à 2017. La réalité voilée par cette impressionnante statistique est bien plus sombre. Le nombre de migrants a certes bel et bien baissé, mais les difficultés d’accueil, elles, se sont multipliées.

D’un côté, les personnes arrivant en centre d’accueil sont victimes de violences graves, de passages à tabac, d’extorsion d’argent et de biens, le tout dans des conditions de santé inquiétantes. De l’autre, certaines villes serrent la vis. À Monfalcone, petite ville italienne de 27 000 habitants aux portes de la frontière slovène, une communauté bengali s’est installée dès 1998.

Aujourd’hui, ils sont plus de 8000 en centre-ville et en banlieue, et la maire est lasse. L’été, 60 enfants bengalis se sont vus refuser l’entrée en maternelle à cause d’un nouveau quota : pas plus de 45 % d’enfants étrangers par classe. Pour dissuader les étrangers de s’installer, la maire a fait ôter les bancs de la place centrale, interrompre la construction d’une mosquée. Symptôme d’un pays où l’urgence migratoire a laissé place à une certaine forme de précarité.

FranceInfo

Louviers (27) : Règlement de comptes en pleine rue, trois frères blessés par balles (Màj: Ali, Mohamed et Jamel veulent être reconnus comme "de vraies victimes")
Brest (29): déjà connu des services de police, un migrant condamné pour des coups de couteau

Derniers articles

Commentaires

Accueil
Menu