Plein ecran

Grande-Bretagne : les trafiquants de drogue asservissaient des enfants par centaines

22/05

La police britannique, en bute à des réseaux de trafiquants extrêmement violents, soumettant jusqu’à l’esclavage des enfants et des adultes fragiles, a procédé à 586 interpellations de membres de gangs, libérant de leur joug des centaines de personnes.

Près de 400 mineurs exploités abusivement par les trafiquants de drogue en Grande-Bretagne ont été placés cette semaine sous la protection des services sociaux, après qu’un raid de la police a mis hors d’état de nuire un réseau d’une ampleur absolument incroyable. Les forces de l’ordre ont procédé à l’arrestation de 500 hommes et 86 femmes, membres de gangs, à la saisie de 46 armes ainsi que d’importantes quantités de cocaïne, pour une valeur de 176 000 £, pour 18 000 £ d’héroïne ou encore 300 000 € d’argent liquide, en une semaine.

Une trentaine de personnes considérées comme des esclaves ont reçu l’aide du National Referral Mechanism, un organe gouvernemental qui coordonne la prise en charge des victimes du trafic d’êtres humains. Dans le même temps, 519 adultes et 364 enfants ont été placés sous la protection de la justice.

(…) La NCA se confronte en particulier aux « county lines gangs », des bandes de trafiquants qui seraient au nombre de 2 000, qui font acheminer de la drogue par des enfants de la ville vers les zones rurales. Ils concerneraient plusieurs milliers de mineurs, principalement âgés de 15 à 17 ans et se sont trouvés au coeur de plus de 1 800 affaires criminelles en 2018. Un fléau national.

« Dans la plupart des cas, ça commence par des cadeaux et la promesse d’une vie de star, mais ça tourne très vite au cauchemar car les enfants ne peuvent plus s’en sortir, leur vie étant contrôlée par les gangs » selon Jakub Sobik, de l’ONG de lutte contre l’esclavage moderne Anti-Slavery International.

Au cours de cette opération, les policiers ont retrouvé une jeune fille de 14 ans, de Cambridge, portée disparue. Ils ont aussi interpellé trois hommes soupçonnés d’abus sexuels sur mineurs.

(…) Midi Libre

Manifestant éborgné en 2016 : un CRS renvoyé aux assises pour « lancer injustifié » d’une grenade de désencerclement
Grenoble (38) : des femmes musulmanes pénètrent de force en burkini dans une piscine (MàJ : plainte contre X pour "menaces" et "injure publique en raison de la religion")

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu