Plein ecran

Danemark : l’autre pays anti-migrants

15/05
Copenhague, une ville où le bobo règne en maître alors que le pays se durcit encore face à l’accueil des migrants. Ici, gauche et extrême droite font d’étranges alliances.

Sur le port, même en forçant les yeux, on ne la voit pas mais elle est au cœur de toutes les discussions : l’île de Lindholm. C’est là que le gouvernement voudrait créer, en 2021 un centre pour migrants délinquants, loin des prisons classiques. Une nouvelle mesure spectaculaire qui place le Danemark comme un des pays les plus durs sur l’accueil des migrants. Ainsi depuis 2015, plus de 67 mesures ont été prises pour restreindre l’immigration : rétablissement des frontières terrestres, diminution des droits sociaux des réfugiés, confiscation des biens de valeurs… La position face aux migrants est le sujet numéro un des élections européennes au Danemark. On bombe le torse pour 2.600 demandes d’asile en 2018.

Au fin fond de Copenhague dans un immeuble gris se trouve la maison Trampoline. Depuis 10 ans, les permanents de cette association s’occupent de l’accueil des migrants au Danemark et pour le directeur de cette association, Morten Goll, la situation actuelle ira à l’encontre de la bonne marche du pays : « Nous ne subissons pas de crise économique. Nous avons besoin de main-d’oeuvre, mais quand un réfugié arrive à remplir toutes les conditions d’admission, de nouvelles complications administratives apparaissent. Tout est fait pour éviter qu’ils deviennent danois. » […]

Le Danemark, pays tranquille avec ses maisons rouges qui nous énerve parce qu’avec la Suède, c’est un peu les bons élèves de classe européenne. Ils ont toujours de bons résultats et puis cette sociale-démocratie si vantée… Et d’un coup ça craque de partout. Les conservateurs sont au pouvoir, ils sont soutenus par l’extrême droite et si les lois sévères envers les migrants ont pu être adoptées, c’est grâce au soutien des sociaux démocrates. […]

Mais tout ça aurait un sens, selon le président de la plus vielle association de défense des Droits de l’Homme, la RDC, ici on appelle ça « kynimse », en français le cynisme. Andreaas Kam : « Les sociaux-démocrates ont compris qu’ils avaient perdu les élections en raison de leur attitude positive envers les réfugiés et les migrants. Donc, maintenant, ils optent pour la stratégie inverse. Et sur ce sujet, il est très difficile de trouver une différence entre les sociaux-démocrates et l’extrême droite. Tout simplement parce qu’ils ne veulent pas perdre les élections. »

France TV Info

Merci à Hypatie

Prise de Koufra en 1941 : le colonel Leclerc y va au bluff
Corse : des livres anciens d'anatomie racontent l'évolution de la médecine occidentale à la bibliothèque d'Ajaccio

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu