Plein ecran

Des grands-parents d’enfants de jihadistes demandent à la Cour européenne des droits de l’homme de condamner la France

06/05

Selon les avocats des grands-parents, le refus de la France de rapatrier ces enfants « constitue une violation du paragraphe 2 de l’article 3 du protocole numéro 4 selon lequel ‘nul ne peut être privé du droit d’entrer sur le territoire de l’Etat dont il est ressortissant' ».

Des avocats estiment que les enfants sont exposés à des «traitements inhumains et dégradants».

La question des enfants de djihadistes que la France ne veut pas rapatrier se retrouve devant la justice européenne. Les avocats de grands-parents dont deux petits-enfants sont retenus avec leur mère dans un camp du Kurdistan syrien saisissent ce lundi la Cour européenne des droits de l’homme. Alors que le camp où se trouvent les enfants est touché par des épidémies et des difficultés d’alimentation, la famille espère obtenir une condamnation de la France.

«En refusant de rapatrier cette mère et ses deux enfants malades, blessés, et dans un état de faiblesse extrême (…) la France expose consciemment et délibérément ceux-ci à des traitements inhumains et dégradants, violant ainsi l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme», dénoncent Mes Marie Dosé, Henri Leclerc, Catherine Bauer-Violas et Denis Garreau.

«Un droit absolu à revenir»

L’équipe de défense invoque aussi une autre disposition : la décision de la France «constitue une violation du paragraphe 2 de l’article 3 du Protocole numéro 4 selon lequel nul ne peut être privé du droit d’entrer sur le territoire de l’Etat dont il est ressortissant», écrivent les avocats, qui s’appuient sur le travail de deux universitaires, Aurélien Geodefroy et Sébastien Touzé. Selon eux, cette disposition consacre «l’existence d’un droit absolu de cette mère et de ses deux enfants à revenir dans leur propre pays».

[…]

Leparisien.fr / Francetvinfo.fr

Nos remerciements à Daniel Brand et à Neuneu

Migrants à Bruxelles : craignant d'attraper des maladies, les chauffeurs de bus refusent de desservir une gare (MàJ)
Le pape en Bulgarie estime que le développement du pays passe par une "rencontre" entre cultures et religions différentes

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu