Plein ecran

Voyageuse refusée dans un bus RATP : (màj : un syndicaliste : « La suspension du chauffeur, c’est pour faire taire la fachosphère »)

J-3

16/05/19

Hani Labidi travaille depuis 15 ans à la RATP est membre du syndicat « RS RATP » (…) Il ne comprend pas la décision de la RATP qui a rapidement décidé de retirer le chauffeur de la conduite en évoquant une faute de service, « ne pas ouvrir les portes ou ne pas prendre quelqu’un en dehors des arrêts, cela n’entraine pas un retrait de la conduite normalement, ça arrive tous les jours. Le chauffeur n’a fait aucun commentaire sur la tenue vestimentaire de la jeune femme. La suspension, c’est pour faire taire la fachosphère, tout ça est complètement incohérent. » (…)

Le syndicaliste décrit une mauvaise ambiance au dépôt depuis, « les gens sont dégoûtés, on est beaucoup à être d’origine maghrébine parmi les chauffeurs et à être musulmans, réels ou supposés. On s’est tous dit que ça aurait pu nous arriver à nous, on est tout simplement victimes d’islamophobie. Ce qui a été vendeur ici, c’est la confession réelle ou supposée de l’agent, des femmes qui portent des jupes, on en a transporté des milliers et on s’en fout ». (…)

Même son de cloche du côté d’Adam, la quarantaine, chauffeur non syndiqué d’un autre dépôt aux portes de Paris : « si on fait ce métier c’est parce qu’on aime un minimum les relations avec les gens parce que sinon, on conduirait des poids lourds. » Il revient sur le fait que la barbe portée par le chauffeur ait été pointée : « dans mon dépôt la barbe est à la mode, il y a des mecs qui ont des grandes barbes tu crois que c’est des salafistes et en fait c’est des bretons. Tous les matins je disais salam à un collègue jusqu’au jour où il m’a dit qu’il était portugais-brésilien ».

Le Bondy Blog


10/05/19

« Mon client n’a aucune pratique religieuse affectant son activité professionnelle », a déclaré Me Samim Bolaky, dénonçant des « propos fallacieux » de Kamel Bencheikh et de sa fille. L’avocat a adressé jeudi au parquet de Paris une plainte pour « discrimination sur le fondement de l’appartenance, vrai ou supposée, à une religion déterminée » ainsi que pour « dénonciation calomnieuse » et pour « faux et usage de faux ».

Selon lui, son client avait marqué l’arrêt mais les deux jeunes femmes « fumaient et continuaient à fumer devant les portes de son bus », qu’il n’avait donc pas ouvertes. Le chauffeur avait repris sa route et les deux femmes l’avaient rattrapé au feu rouge en lui demandant des explications.

L’Express

8/05/19


5/05/19

Entendu samedi soir par sa hiérarchie, le machiniste ne reconnaît pas les faits tels qu’ils ont été présentés dans la presse». Il reconnaît cependant «une faute de service», soit d’avoir refusé d’ouvrir les portes à deux jeunes filles «à une heure tardive», à l’arrêt Botzaris, dans le XIXe arrondissement. «Dans ce contexte, la RATP a décidé d’ouvrir une procédure disciplinaire, à partir des premiers éléments recueillis, qui pourra aller jusqu’à la révocation», a-t-elle affirmé, «les faits tels qu’ils sont rapportés» étant «totalement contraires à toutes les valeurs que porte la RATP». La Régie avait lancé un appel à témoin sur Twitter, afin de prolonger son enquête, sans toutefois obtenir aucun retour.

Le Figaro

4/05/19


Contactée par Le Figaro, la RATP dit avoir «engagé des vérifications». Le machiniste sera «entendu très prochainement», même si les faits rapportés ne peuvent «ni être infirmés, ni confirmés» à ce stade. «Si c’est avéré, nous prendrons les sanctions qui s’imposent», indique-t-on.

Selon une source proche du dossier, des vidéos dans le bus auraient potentiellement été disponibles afin de vérifier les faits mais la police n’ayant pas été saisie dans les 48 heures suivant les faits, celles-ci ne seront pas exploitables.

(…) Le Figaro

3/05/19

De colère, Kamel Bencheikh publie un premier post virulent, puis un second sur Facebook. Mais il est censuré par le réseau social. « On me reproche d’inciter à la haine. Mais j’ai publié les faits parce que je voulais qu’ils soient repris. Pour dénoncer cette dérive », poursuit celui qui assume ses positions et se décrit comme un « militant anti-islamistes ». Son post Facebook commençait d’ailleurs, sans pudeur, par «Je revendique mon Islamophobie ». Il affirme avoir, depuis, reçu des centaines de messages d’insultes via Messenger.

(…) Le Parisien

2/05/19

(Merci à Maeva)

Avec ses 88% de réussite au bac, le meilleur lycée de France serait à Clichy-sous-Bois dans le 93
Cannes 2019 : loin des clichés, Les Misérables est un vrai film de banlieue immersif

Commentaires

Accueil
Menu
X