Plein ecran

Etretat (76) : « Je lui ai demandé si c’était le voile de ma femme qui posait problème. Il m’a juste redit que pour nous c’était au fond de la salle »

25/04

Habitués de la ville d’Etretat, ils clament qu’on ne les y reverra pas de sitôt. La famille Zemni, Mohsen et son épouse voilée de confession musulmane, avec leurs deux enfants de 3 et 4 ans étaient venus en Normandie pour profiter du week-end de Pâques et fêter l’anniversaire du plus jeune. Lundi 22 avril, après une balade sur le front de mer ils ont souhaité prendre un verre.

Le père de famille raconte à France Bleu Normandie s’être vu refuser la terrasse d’un restaurant par le serveur qui leur proposait uniquement le fond de l’établissement. « Je lui ai demandé si c’était le voile de ma femme qui posait problème. Il m’a juste redit que pour nous c’était au fond de la salle », raconte-il à 76actu. L’homme estime avoir été victime de racisme en raison du voile de son épouse, affirmant que d’autres clients étaient assis en terrasse. « Ma femme est d’un naturel très discret. Elle a dit aux enfants de se lever, elle avait les larmes aux yeux. Quand ça arrive aux autres, on a tendance à banaliser, mais quand mon grand m’a demandé pourquoi on n’avait pas le droit de manger et les yeux troubles de ma femme, ma décision était prise, j’allais déposer plainte », rapporte-t-il à 76actu. Le lendemain, l’homme a déposé une pré-plainte en ligne. « Vous savez, je ne suis pas croyant moi, ma femme ne m’a jamais rien imposé et moi non plus. Son voile est important pour elle, elle n’a jamais porté la burqa. Comme tout le monde on s’est senti dévisagé quelquefois dans notre vie, mais jamais je n’avais ressenti une telle humiliation », témoigne Mohsen Zemni.

Serafín Fanjul: «L’Espagne doit-elle demander pardon au Mexique?»
Une compagnie de CRS «indisponible» pour une visite de Laurent Nuñez et Marlène Schiappa à Tours à la suite de nombreux arrêts de travail : 48 des 61 policiers s'étaient fait porter pâle

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu