Plein ecran

Roumanie. Le pays compte sur l’immigration pour palier le manque de main d’oeuvre dû à l’émigration

25/04

Ils arrivent par groupes de dix et parfois de cent à l’aéroport Otopeni de Bucarest. Ils viennent d’Asie et sont de plus en plus nombreux à fouler le sol roumain, mais ils ne viennent pas pour faire du tourisme. Leur objectif a été négocié avant leur départ : un travail pour un salaire plus élevé que celui qu’ils peuvent toucher dans leur pays d’origine. Sur leurs passeports on peut lire : Vietnam, Pakistan, Philippine, Inde, Indonésie, Thaïlande… pays où les revenus sont inférieurs à ceux qu’ils peuvent obtenir en Roumanie. Situé aux confins orientaux de l’Union européenne (UE), ce pays propose un salaire moyen parmi les plus bas d’Europe, à savoir environ 500 euros par mois. Un petit salaire à l’échelle européenne, mais un montant intéressant pour les candidats asiatiques à l’émigration.

Les Asiatiques arrivent parce que les Roumains partent. Depuis l’adhésion de la Roumanie à l’UE en 2007, plus de quatre millions de Roumains ont migré vers les marchés de l’Europe de l’Ouest à la recherche d’un meilleur salaire. Latins d’origine, ils ont préféré s’installer en Italie et en Espagne où ils sont deux à trois millions. D’autres ont préféré la France, la Belgique, l’Allemagne, l’Angleterre ou la Suisse. Cette hémorragie de main-d’œuvre ne peut être contrebalancée que par une importation massive de travailleurs asiatiques qui se contentent du salaire roumain.

(…) Le Point

Cours de français pour les “décrocheurs” de Clichy-sous-Bois (93) : Brigitte Macron reprend du service
Macron piégé par un canular russe ?

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu