Plein ecran

Oumma.com surfe sur le suicide d’une réfugiée syrienne de 9 ans en lui inventant une dimension raciste et islamophobe

23/04

En l’espace de quelques mois, la petite fille pleine de vitalité, gaie et espiègle qu’était Amal Alshteiwi, 9 ans, avait perdu sa joie de vivre.

Alors que la peur du lendemain hantait ses nuits, c’est l’estomac noué que, chaque matin, elle empruntait le chemin qui la menait vers l’école, ce temple du savoir et du savoir-être devenu un lieu de souffrance, au-delà de ce qu’elle pouvait humainement tolérer.

L’histoire tragique de cette petite fille syrienne qui, avec sa famille, avait fui son pays déchiré par la guerre il y a plus de trois ans, avant de trouver refuge à Calgary, au Canada, est celle du harcèlement scolaire, cruel et mâtiné de racisme, qui a ajouté du drame au drame déjà incommensurable des réfugiés contraints à l’exode.

Les yeux pétillants de la petite Amal se sont fermés à jamais, laissant ses parents totalement anéantis par sa mort brutale qu’elle a vraisemblablement choisi de se donner pour mettre fin à son long calvaire.

L’horreur impensable s’est produite début mars : la petite fille de 9 ans, traitée constamment « d’élève stupide et laide », mais aussi insultée en raison de son voile et de ses origines, jusqu’à être brutalisée et, pire encore, incitée au suicide par certains de ses camarades de classe, a été découverte sans vie dans sa chambre. Les circonstances de son décès n’ont pas été divulguées.

La nouvelle du geste fatal, insupportable car contre nature, commis par une enfant poussée au désespoir, a provoqué une forte onde de choc émotionnel au pays de l’érable, réputé pour être un îlot du multiculturalisme, très attaché aux valeurs d’ouverture, de tolérance et de l’acceptation de l’altérité.

Surmontant le deuil qui les frappe si cruellement, les parents de la regrettée petite fille, qui aimait l’école et se faisait une joie de préparer son cartable pour s’y rendre, témoignent aujourd’hui devant les médias canadiens.

Ils relatent la lente descente aux enfers de leur enfant, devenue le souffre-douleur d’un groupe d’écoliers dont les persécutions à son encontre allèrent crescendo, et ce, en toute impunité. Le plus scandaleux dans ce récit effrayant, c’est sans nul doute l’inertie coupable, ou plutôt la non-assistance à personne en danger, dont a fait preuve la direction de l’établissement scolaire, s’obstinant à nier les faits reprochés devant une famille en détresse, qui appelait désespérément à l’aide dans un désert d’empathie et de réactions.
[…]

Oumma.com


[…]
Des amis de la famille disent que c’est peut-être parce que les préoccupations évoquées à l’école n’ont pas été comprises à cause de la barrière de la langue et qu’une grande partie de l’intimidation se faisait en arabe, de sorte que le personnel anglophone ne s’en est pas rendu compte.
[…]

CBC


[Oumma.com est la seule source francophone que nous avons trouvée. Nous n’avons trouvé aucune source anglophone faisant mention du voile ou du racisme comme causes du harcèlement parmi toutes celles que nous avons pu trouver]

GlobalNews
CTVnews
CBC
Al-Bawaba
Yahoo.com
MiddleEastMonitor
The New Arab
Step Feed
TRT World
Toronto Star
MiddleEastEye
Al Bawaba
660citynews


Complément récent

Des youtubeuses dénoncent l’islamophobie dans une reprise de Balance Ton Quoi d'Angèle
Eyguières (13) : un incendie se déclare dans l'église Notre-Dame-de-Grâce, le confessionnal détruit, la piste criminelle privilégiée (MàJ)

Commentaires

Accueil
Menu
X