Plein ecran

Le Sri-Lanka, un pays soumis à des tensions inter-religieuses

21/04

 

Le Sri-Lanka, où au moins 158 personnes ont été tuées dimanche dans une série d’explosions, notamment dans des églises célébrant la messe de Pâques, est soumis à de fortes tensions inter-religieuses.

Au moins 158 personnes ont péri dimanche dans une série d’attentats contre des hôtels de luxe et des églises au Sri Lanka, où était célébrée la messe de Pâques.

Un mouvement islamiste projetait des attentats contre des églises. La nature exacte de ces déflagrations demeurait inconnue dans l’immédiat et aucune revendication n’a été faite. Mais le chef de la police nationale, Pujuth Jayasundara, avait alerté ses services il y a dix jours en indiquant qu’un mouvement islamiste appelé NTJ (National Thowheeth Jama’ath) projetait « des attentats suicides contre des églises importantes et la Haute commission indienne ». Le NTJ s’était fait connaître l’an passé en lien avec des actes de vandalisme commis contre des statues bouddhistes. Le bouddhisme est la religion majoritaire de l’île.

Environ 1,2 million de catholiques vivent au Sri Lanka, dont la population totale est de 21 millions d’habitants. Le pays compte environ 70% de bouddhistes, 12% d’hindouistes, 10% de musulmans et 7% de chrétiens. Les catholiques sont perçus comme une force unificatrice car on en trouve chez les Tamouls comme chez la majorité cinghalaise. Certains chrétiens sont cependant mal vus parce qu’ils soutiennent des enquêtes extérieures sur les crimes de l’armée sri-lankaise contre les Tamouls pendant la guerre civile qui s’est achevée en 2009. Selon les Nations unies, le conflit de 1972 à 2009 a fait de 80.000 à 100.000 morts.

SOS Racisme se justifie d'avoir participé à un meeting de l'UNEF avec des islamistes et des indigénistes
Les portiques d’aéroport accusés de racisme

Commentaires

Accueil
Menu
X