Plein ecran

Selon l’INED, Nicolas serait l’un des prénoms les plus donnés aux petits-enfants d’immigrés du Maghreb (MàJ : Le chercheur proche des indigènes ?)

11/04

11/04/19


10/04/19

Le chercheur Patrick Simon intervient le 28 novembre 2015 à l’université d’automne de la LDH « Penser l’antiracisme : pour une contre offensive » . Le 21 mai 2017, il intervient au QG Décolonial de Parole d’Honneur à La Colonie Barrée, à Paris.



Dans une étude qui paraît ce mercredi, des chercheurs de l’Ined ont analysé les prénoms qui sont le plus souvent donnés aux enfants et petits-enfants d’immigrés.

– Si les immigrés ont donné des prénoms rappelant leurs origines à leurs enfants, la majorité de leurs petits-enfants portent un prénom courant en France.
– Cela illustre un effet de mode, mais aussi un souci de les protéger d’éventuelles discriminations.
– D’autres familles font le choix de prénoms qui fonctionnent dans les deux cultures.

Appeler son bébé Victor ou Nassim ? Maria ou Lucie ? Un dilemme pour les personnes immigrées* dont les enfants naissent en France. Ils hésitent parfois entre un prénom très courant en France ou un autre, qui refléterait davantage leurs origines. Une étude de l’Ined (Institut national d’études démographiques) parue ce mercredi montre que si les immigrés de la première génération ont donné des prénoms rappelant leurs origines à leurs enfants, la majorité des petits-enfants d’immigrés portent un prénom courant en France, qui reflète donc les goûts dominants. […]

Plus rares sont les enfants d’immigrés qui font le choix de signifier leurs origines familiales dans l’attribution d’un prénom à leurs enfants. « Ce sont le plus souvent des personnes issues de familles immigrées de pays du Maghreb, qui vont souvent donner à leurs enfants un prénom arabo-musulman (23 % des petits-enfants d’immigrés maghrébins portent un prénom arabo-musulman). Mais aussi des familles d’Europe du Sud (Italie, Espagne, Portugal) », constate Patrick Simon. Et ce, dans un but bien précis : « Ils veulent démontrer leur fidélité à leur culture d’origine, marquer leur appartenance à une communauté. Les parents considérant la religion comme très importante dans leur vie ont aussi davantage tendance à donner des prénoms arabo-musulmans », explique le chercheur. […]

20 Minutes


565.Population.societes.avril2019.Immigres.prenoms.france.fr by k on Scribd

Manche : Gilles Le Guen, le djihadiste breton d’Aqmi, remis en liberté
Une école de Barcelone retire 200 livres "toxiques" de sa bibliothèque dont "Le petit chaperon rouge"

Commentaires

Accueil
Menu
X