Plein ecran

Syndrome de Stockholm, violence, racisme: les films de Disney nocifs pour les enfants?

09/04

Deux chercheuses britanniques démontent les grands classiques de Disney. Ils seraient nocifs pour les enfants.

Une récente étude menée par deux chercheuses anglaises des universités d’East Anglia et de Nottingham suggère que les dessins animés des studios Walt Disney seraient dangereux pour les enfants.

«Aladdin» et «Le Roi Lion» banaliseraient le racisme. Les bons personnages sont blancs alors que les méchants sont noirs, déclarent ces deux professeures.

La «Belle et la Bête» favoriserait la violence conjugale et véhiculerait même le syndrome de Stockholm. «C’est un cas classique du syndrome de Stockholm. Tout au long du film, la Bête semble être sur le point d’avoir recours à la violence. Et l’histoire donne l’impression qu’une femme peut changer un compagnon violent en persévérant suffisamment longtemps. À la fin du film, la Bête se transforme en un homme blanc et blond et c’est comme s’ils allaient désormais vivre heureux pour toujours, car il est impossible qu’il devienne menaçant ou en colère», explique Victoria Cann, chercheuse à l’université d’East Anglia, à Norwich.

Quant à «Blanche-Neige et les sept nains», un des tout premiers longs-métrages animés, il serait misogyne. Le film renvoie à l’idée «qu’une femme seule ne peut jamais être heureuse», explique au Sun Victoria Cann. Le seul rôle utile de Blanche-Neige serait de cuisiner et de faire le ménage, ajoute la chercheuse.

Laura Coffey-Glover, professeur à l’université de Nothingham, estime même que «l’histoire donne l’impression que les filles sont impuissantes et doivent attendre que leur prince vienne sur le cheval blanc».

Par la fine taille de la princesse Aurore, «La Belle au bois dormant» encouragerait l’anorexie.

 

(Merci à puigforcat)

Irlande : la police autorisée à porter le hijab et le turban
Barcelone : elle se fait agresser en pleine rue devant les passants

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu