Plein ecran

Italie : un juge s’excuse pour avoir libéré Saïd qui a tué Stefano parce qu’il était « blanc et heureux »

07/04

«J’ai voulu tuer un blanc, jeune et italien. Cela aurait fait un tollé«. C’est la confession choc de Saïd Mechaout‎‎, le meurtrier de Stefano Leo. Le 23 février, cet homme de 27 ans né au Maroc a choisi sa victime avec soin. ‎
‎«J’ai frappé un blanc, me basant sur le fait évident qu’un jeune et un Italien, cela ferait un tollé», a dit Mechaquat, selon La Stampa, aux policiers qui l’interrogeaient[…]
Plus d’un mois après le crime, ce Marocain naturalisé Italien après une adoption s’est présenté au poste de police pour passer aux aveux. Mais son visage lors de l’arrestation et le geste des cornes du diable devant les caméras montrent un air fanfaron qui n’a rien à voir avec la repentance. Il a raconté entendre des voix dans sa tête, vouloir tuer encore. […] il a acheté un ensemble de couteaux. «J’ai pris le plus grand et j’ai jeté les autres», a-t-il déclaré. Il avait bien étudié la façon de frapper la victime avec un coup de couteau à la gorge : «C’est le plus sûr moyen de tuer», a-t-il expliqué […]

Il Giornale (1)


‎Le ‎‎juge ‎‎qui a libéré Saïd Mechaquat‎‎, l’Italien d’origine marocaine qui, le 23 février dernier, a ‎‎tué d’un coup de couteau à la gorge ‎‎Stefano Leo‎‎, présente maintenant ses excuses à la famille de la victime.

« En tant que représentant de l’État, je me dois de présenter mes excuses à la famille de Stefano Leo. Je ne permets pas de dire que la Cour d’appel est coresponsable du meurtre. Ici, nous avons fait ce que nous devions faire »‎‎, telles sont les paroles du président de ‎‎la Cour d’appel de Turin‎‎, Edmund Barelli Innocenti.‎

Pour rappel, ce Maroco-Italien‎ avait été condamné ‎‎(en juin 2016) à un an et six mois pour mauvais traitements et voies de fait contre son ancienne petite amie. Au moment des faits, le juge qui avait examiné son cas lui avait refusé le sursis en raison de ses antécédents judiciaires, c’est pourquoi quand le verdict à son encontre est devenu définitif, cet homme de 27 ans aurait dû être arrêté et transféré dans une cellule de prison. Ce qui ne s’est pas produit. […]

Et le ministère de la Justice enquête maintenant sur cette affaire […]

(Traduction Fdesouche)

Il Giornale (2)

Polony : "Pour ceux qui croient au Grand remplacement, la question n’est pas "français ou pas français" mais blanc ou de couleur"
Guyancourt (78) : à moto, il percute volontairement un homme de 76 ans qui lui demandait de cesser son rodéo

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu