Plein ecran

Football : « Il faut définir clairement ce qui est inacceptable dans les chants de supporters »

27/03
[…] Présente au Parc des Princes le 17 mars pour l’affiche entre Paris et Marseille, Roxana Maracineanu n’en a pas cru ses oreilles. La ministre des Sports, a été choquée par le flot d’insultes venu des tribunes contre l’adversaire du soir : « Marseille, on t’enc…« , « les Marseillais sont des PD« , autant d’amabilités aux relents homophobes qu’il n’est pas rare d’entendre chaque week-end dans les stades de l’hexagone.

Sans excuser ces propos injurieux, la patronne de la Ligue de football professionnel (LFP), Nathalie Boy de la Tour, a tenté de dédramatiser, parlant de « propos pas acceptables en tant que tels » mais qui font « partie du folklore ». Pour Nicolas Hourcade, sociologue spécialiste des supporters, la question des injures dans les stades est un problème dont l’ensemble des acteurs du football doit se saisir. Selon lui, c’est grâce au dialogue que les mentalités pourront évoluer dans le milieu du supportérisme français.

Nicolas Hourcade. Depuis que le supportérisme s’est développé dans les stades français, à partir des années 1970–1980, il y a eu la mise en place d’un registre de chants et de slogans qui consistent en une activité de chambrage. Pour les supporters les plus engagés, il n’y a pas la logique de fair-play. Il y a la volonté de gagner, et de faire gagner son équipe. Ça passe par le fait de chambrer l’adversaire, ce qui est un registre compliqué car ça joue à la fois sur l’humour et sur l’agressivité. Ce chambrage des supporters oscille en permanence entre le premier et le second degré, ce qui le rend difficile à interpréter. […]

Sud-Ouest

Merci à Mala


CAN 2019: lors des qualifications, l’hymne sud-africain interrompu… par un SMS

À Sorbonne Université, une pièce de théâtre antique annulée car des acteurs sont maquillés de noir (MàJ)
Etats-Unis : un voleur s'attaque à quatre étudiants qui arrivent à s'emparer de son arme

Commentaires

Accueil
Menu
X