Plein ecran

Une rétrospective Louis de Funès à la cinémathèque en 2020 fait grincer quelques dents

22/03

Une exposition consacrée à la carrière de ce grand comédien populaire, est prévue en avril 2020 à la Cinémathèque. Si la nouvelle a logiquement de quoi réjouir ses -nombreux- admirateurs, la nouvelle ne semble pas réjouir tout le monde…

C’est une constante. Les rétrospectives – expositions organisées à la Cinémathèque française sont toujours de grande qualité. La dernière en date, celle consacrée à l’immense Sergio Leone, ne déroge pas à la règle. En avril 2020, la vénérée institution, gardienne du temple du 7e art, consacrera sa rétrospective à l’immense comédien que fut Louis de Funès, champion absolu du Box Office français, certes sur le tard de sa carrière. Une annonce qui a de quoi réjouir les admirateurs -très nombreux- du comédien, décédé à l’âge de 68 ans. Mais qui semble aussi en contrarier certains, à l’image du journaliste Critique Jean-Christophe Ferrari de Transfuge.

Dans un article daté du 15 mars et intitulé Louis de Funès et la nouvelle bien-pensance, il écrit : « Je le confesse d’emblée : cette annonce suscite en moi malaise et inquiétude. […] Quelle est la légitimité de ce « bon goût » qui me conduit à écarter ainsi tout un pan de la « culture populaire » d’une reconnaissance institutionnelle ? » s’interroge-t-il.

Et de poursuivre un peu plus loin, lapidaire : « je vois clair dans la manœuvre. D’un côté, on flagorne le « populo » en accueillant dans une institution prestigieuse l’un des symboles de la comédie grand public. De l’autre, on flatte les « élites » qui, cédant à un hédonisme régressif, finiront par se trouver cools de prendre de Funès au sérieux. […] il faut le dire nettement ici : la carrière de Louis de Funès ne justifie en aucun cas une exposition à la Cinémathèque française ». Avant de conclure, en portant l’estocade : « Quoi après Louis de Funès ? Chuck Norris ? »

Vous pouvez lire l’intégralité du billet ici

Allocine

Lapin Taquin : "Les humanistes ne comprennent pas à quel point leur humanisme est un ethnocentrisme"
Brexit : en cas de "no deal", le Royaume-Uni pourrait perdre 57 milliards d'euros par an

Commentaires

Accueil
Menu
X