Plein ecran

La Suisse pourra expulser les terroristes même s’ils risquent la peine de mort

22/03

Expulser les terroristes vers leur pays d’origine, même s’ils risquent la peine de mort ou la torture : c’est la mesure adoptée en Suisse par la chambre haute de l’Assemblée fédérale. A peine voté, le texte fait déjà polémique.

Une décision controversée du Conseil des Etats, l’équivalent suisse du Sénat, crée des remous politiques en Suisse. Ses membres ont en effet voté une motion permettant l’expulsion des terroristes condamnés en Suisse vers leurs pays d’origine, même s’ils sont susceptibles d’y être torturés ou condamnés à la peine de mort. Le ministre suisse de la Justice, Karin Keller-Sutter, s’est indignée de cette décision, rappelant au passage cet extrait de la Constitution helvétique : «Nul ne peut être refoulé sur le territoire d’un Etat dans lequel il risque la torture ou tout autre peine ou traitement cruel et inhumain».

Cette motion va également à l’encontre de la Convention européenne des droits de l’homme et de la Convention de Genève, deux textes de référence en matière de défense des droits de l’homme. Cependant cette initiative parlementaire a pour but de répondre au conservatisme suisse, estime le reporter de RT France.

RT

Jean-François Kahn fait le lien extrême gauche - communisme - fascisme - nazisme - extrême droite
Edwy Plenel prévient : «Nous allons révéler demain un nouveau personnage de l'Affaire Benalla, quelqu'un qui est encore à l'Elysée, tout près de Macron»

Commentaires

Accueil
Menu
X