Plein ecran

Birmingham : des fenêtres de 5 mosquées détruites, l’unité de lutte contre le terrorisme cherche l’auteur (MàJ: Arman Rezazadeh inculpé)

21/08

21 aout 2019

[…]

Un homme inculpé après avoir détruit les fenêtres de 5 mosquées de Birmingham en une seule nuit. Arman Rezazadeh, 34 ans était initialement détenu en vertu de la loi sur la santé mentale.

[…]

Birmingham Live


21 mars 2019

Des mosquées de Birmingham ont été attaquées à coups de marteau et des centres de culte musulmans vandalisés

La police a révélé que cinq centres avaient été vandalisés pendant la nuit, dont le Centre islamique de Witton Road. La vidéo postée par un conseiller de la ville de Birmingham a montré une opération de nettoyage en cours ce matin. Des officiers ont également été appelés à la mosquée d’Albert Road, à Aston, peu après 10 heures ce matin, à la suite de rapports selon lesquels une vitre venait d’être brisée.

Le Conseil des mosquées de Birmingham a déclaré qu’au moins trois Masajids, des bâtiments de culte musulman, avaient été attaqués.

Il a déclaré: «Autant que nous puissions en juger, les Masajids étaient basés autour de Handsworth / Aston et Witton.

« Nous demandons aux Masajids d’être vigilants et de ne pas hésiter à signaler immédiatement tout comportement inhabituel ou suspect à la police. »

« Il est essentiel que vous le signaliez pour qu’il puisse être enregistré. »

Le conseiller Majid Mahmood a tweeté une photo du centre islamique vandalisé de Witton Road.

« J’ai dit la semaine dernière que les musulmans avaient peur après les attaques terroristes à Christchurch.

« Nous avons besoin d’assistance dans Brum @WMPolice. »

La police a déclaré qu’ils avaient été appelés à intervenir aujourd’hui à 2h32 dans une mosquée située sur le chemin Birchfield suite à des informations selon lesquelles un homme aurait brisé des fenêtres de la mosquée.

Les officiers sont arrivés mais ont déclaré que l’attaque s’était produite quelque temps auparavant.

La police a ensuite été appelée à la mosquée Slade Road à Erdington pour faire état d’une attaque similaire.

Les patrouilles se sont multipliées à travers la ville après l’attaque de Witton Road, Aston et Perry Barr.

David Jamieson, commissaire de la police et responsable de la criminalité dans les West Midlands, a déclaré que Birmingham « ne permettra pas ces actes extrêmes qui tentent de nous diviser ».

Dans une déclaration, il a déclaré: « Ce sont des incidents choquants qui semblent avoir été conçus pour causer de la détresse et de l’inquiétude. »

« Des attaques de cette nature n’ont pas leur place dans notre communauté et ne seront pas tolérées. Je tiens à rassurer les gens sur le fait que la police des Midlands de l’Ouest fait tout ce qui est en son pouvoir pour traduire les auteurs en justice. »

« Les patrouilles seront considérablement renforcées près des mosquées. »

« Les gens seront horrifiés par ces attaques contre la communauté musulmane. »

« Birmingham est une ville tolérante et ne permettra pas ces actes extrêmes qui tentent de nous diviser. »

Le chef de police des West Midlands, Dave Thompson, a déclaré: « Depuis les événements tragiques de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, les officiers et le personnel de la police des West Midlands travaillent en étroite collaboration avec nos partenaires religieux de la région pour rassurer et soutenir les mosquées, les églises et les lieux de prière. .

« Pour le moment, nous ne connaissons pas le motif des attaques de la nuit dernière. »

« Ce que je peux dire, c’est que la police et l’unité de lutte contre le terrorisme  travaillent main dans la main pour trouver le responsable. »

« Dans des moments difficiles comme celui-ci, il est extrêmement important que tout le monde s’unisse contre ceux qui cherchent à créer de la discorde, de l’incertitude et de la peur dans nos communautés. »

Sharafat Ali, l’imam du Centre islamique Witton, a déclaré à Birmingham Live que l’attaque l’avait laissé effrayé à la suite de l’attaque en Nouvelle-Zélande.

Il a déclaré: « C’est terrible, la communauté est choquée par ce qui s’est passé en Nouvelle-Zélande. »

« Nous sommes ici depuis 30 ans. »

« Le matin, vous avez 40 fidèles pour la prière du matin, le vendredi environ deux à trois cents. »

« Cela ne doit pas se produire pas à Aston. »

« Demain, c’est la prière du vendredi et je ne sais pas ce qui va se passer. »

« Nous demandons à la police de s’assurer de notre sécurité. »

Le conseiller John Cotton, responsable de la sécurité communautaire au conseil municipal de Birmingham, a déclaré que les auteurs « n’agissent pas au nom de Birmingham et ne nous diviseront pas ».

Il a écrit sur Twitter: «Consterné de voir les mosquées de Birmingham avoir été la cible du vandalisme et de la violence du jour au lendemain.

« Je travaille avec @WMPolice & @BhamCityCouncil pour nous assurer que nous trouvions les responsables et que soutenions nos communautés musulmanes. Ces voyous ne parlent pas pour Birmingham et ne nous diviseront pas. »

Suite à l’attaque terroriste perpétrée à Christchurch vendredi dernier, la police a immédiatement intensifié ses patrouilles près des mosquées.

Le chef de la police britannique anti-terroriste a déclaré que ses officiers « se tiendraient prêts au coté »  des communautés musulmanes et leurs homologues à Christchurch.

Le commissaire adjoint de la police métropolitaine, Neil Basu, a déclaré: «Aujourd’hui, nous allons intensifier les patrouilles de sécurisation autour des mosquées et renforcer la collaboration avec les communautés de toutes les confessions, en donnant des conseils sur la manière dont les personnes et les lieux peuvent se protéger.

« Nous sommes aux côtés de nos communautés musulmanes et de tous ceux qui sont choqués et horrifiés par cet attentat terroriste en Nouvelle-Zélande. »


Traduction FDeSouche d’un article de Express 

Le Daily Express est un tabloïd quotidien publié au Royaume-Uni. Il a été fondé en 1900. Depuis 1918, il a également une édition dominicale intitulée le Sunday Express, qui a sa propre rédaction

Marseille : un homme grièvement blessé par balle après une course-poursuite sur l’autoroute
Au Maroc, les femmes se protègent du harcèlement en fuyant les plages

Derniers articles

Commentaires

Accueil
Menu