Plein ecran

Le témoignage d’un policier au sujet de la burqa et du niqab

05/03

Le 11 avril 2011 entrait en vigueur la loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public, dite « loi anti-burqa ». Cela avait fait tout un foin, et nous avions été sollicités pour la faire appliquer. Il est difficile d’imaginer combien cela fut une galère. Non seulement, sur place, c’était à chaque fois un scandale, à la limite de l’émeute, mais en plus notre hiérarchie ouvrait à fond les parapluies concernant ces interventions. En nous demandant notamment de nous justifier systématiquement et outrageusement, même si nous n’avions pas verbalisé. Pour vingt minutes d’action, il nous fallait compter deux heures minimum de compte rendu oral et écrit.

Autant vous dire que, devant tant d’adversité, nous avons tous été contraints de freiner des deux pieds, conduisant au phénomène actuel. Aujourd’hui, les femmes qui portent la burqa ne craignent tellement rien de notre part que même le célèbre Rédoine Faïd en portait une pour passer incognito lors de sa dernière cavale. C’est dingue comme ces femmes, en noir de la tête aux pieds, jeunes et moins jeunes, ont toutes ce point commun de vouloir nous faire la leçon, à nous comme aux autres musulmans ! Combien d’entre elles nous ont apostrophés, à peine sortis du véhicule, en nous narguant et en prétendant que nos lois républicaines sont bien inférieures, à leurs yeux, aux lois de l’islam  ?

Comme à l’accoutumée, les gens qui soutiennent cette loi ne nous sont d’aucun soutien sur le terrain. Il est incroyable de voir à quel point cette interprétation de l’islam fait peur aux quidams, d’où leur mutisme, tandis que les autres, eux, vocifèrent et nous invectivent avec hargne.

(…) Le Point

Avignon (84) : racisme, antisémitisme et haine anti-LGBT au coeur du débat
Ces gâteaux français accusés de véhiculer le racisme anti-Noirs

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu