Plein ecran

Cour d’assises de Bobigny (93). Suspicion de fuite et de pressions sur les jurés lors du procès d’un trafic de drogue

24/02

Les avocats d’un dossier particulièrement sensible de trafic de drogue et de séquestration s’interrogent sur une possible fuite au moment du verdict le 7 février dernier. Un fait très rare.

Ce soir-là, le verdict est d’abord venu de la salle. « On a su que c’était tombé : 14 ans pour Boubakari B. et 7 ans pour Mohamed C., le reste c’était des acquittements », se souvient encore abasourdi un des onze avocats du procès. Huit accusés, dont une femme, étaient jugés pour une séquestration ultra-violente.

Si c’était un pronostic, il était plus que surprenant au vu des débats. Un avocat de la partie civile s’en est d’ailleurs publiquement inquiété auprès du président, lors de l’audience civile, juste après le verdict. Du jamais-vu chez les avocats, qui affichent autour de 30 ans de barre pour les plus anciens.

(…) Y a-t-il eu une menace, directe ou indirecte, sur les jurés ?
Sans préjuger de l’issue du délibéré, autant d’acquittements n’étaient guère prévisibles. Trois étaient plus que discutables, d’autant que même les délits de non-assistance et d’abstention volontaire d’empêcher un crime ont été écartés. Sur les bancs de la défense, certains ont vu dans ces acquittements une « faiblesse de l’accusation ». Des peines de 8 à 18 ans étaient requises. Que ce verdict ait fuité avant, accrédite l’hypothèse d’une communication entre les jurés et la salle. Comment ? Et surtout y a-t-il eu une menace, directe ou indirecte, sur les jurés ? Ces derniers prêtent serment de conserver le secret de leurs délibérations, même après le procès, l’indépendance de la Cour en dépend.

Quoi qu’il en soit, l’ambiance a été pesante tout au long du procès. Au premier jour du procès, un juré tout juste tiré au sort avait annoncé qu’il ne pouvait pas siéger. « J’habite à Aulnay-sous-Bois et il y a des personnes dans la salle qui sont de mon voisinage » avait-il été poussé à expliquer. Vu l’inconfort manifesté, la cour avait « jugé préférable qu’il ne siège pas ».

(…) Le Parisien

Aurillac (15) : un terroriste islamiste déchu de la nationalité française logé à l'hôtel aux frais de l'État, fureur du maire (MàJ)
Rennes : Dorian, 24 ans, tabassé à mort par des "jeunes" en sortant de boîte de nuit. Un suspect remis en liberté. La mère de la victime en colère (MàJ)

Commentaires

Accueil
Menu
X