Plein ecran

Etats-Unis : la député démocrate musulmane Ilhan Omar de nouveau accusée d’antisémitisme après avoir parlé de financement juif du congrès (MàJ : Son camp condamne. Elle s’excuse.)

11/02

Les leaders démocrates de la Chambre (Pelosi, Hoyer, Clyburn) condamnent le tweet antisémite de Ilhan Omar. Leur réaction était très attendue.

Ilhan Omar a présenté ses excuses ce soir pour son tweet qui a déclenché une vague de protestations.

Voir aussi : USA : La nouvelle élue musulmane voilée Ilhan Omar (Démocrate) avait tweeté en 2012 «Qu’Allah aide le peuple à voir la main du Diable dans les actes d’Israël» (07/11/18)


La nouvelle élue musulmane a été une nouvelle fois accusée d’antisémitisme pour avoir dit que le soutien de Washington à l’Etat juif reposait « sur les billets » de l’AIPAC

WASHINGTON — La nouvelle législatrice du Minnesota, Ilhan Omar, a suggéré dimanche que le soutien apporté par les responsables américains à Israël avait pour origine l’argent des Juifs, entraînant une vague de condamnations et de nouvelles accusations d’antisémitisme.

Omar, l’une des deux premières femmes musulmanes élues au Congrès, répondait sur Twitter à la promesse faite par le leader républicain au Congrès, Kevin McCathy, de prendre des mesures contre elle et Rashida Tlaib, représentante du Michigan, qui soutiennent toutes deux la campagne BDS (Boycott, Divestment, and Sanctions) anti-israélienne.

« Tout tourne autour des Benjamins, baby », a tweeté Omar, réagissant à une publication du célèbre journaliste Glenn Greenwald, qui avait écrit qu’il est « effarant de voir le temps passé par des chefs politiques à défendre une nation étrangère, même si cela signifie attaquer le droit à la liberté d’expression des Américains » – en référence à la promesse faite par McCarthy.

Le « Benjamin » est un mot d’argot désignant les billets de cent dollars à l’effigie du père fondateur des Etats-Unis, Benjamin Franklin.

Lorsqu’une journaliste lui a ensuite demandé qui, selon Omar, payait les hommes politiques américains pour garantir leur soutien à Israël, la législatrice a répondu : « L’AIPAC ! », en référence à l’organisation American Israel Public Affairs Committee.

Bien que le lobby pro-israélien ait une influence considérable à Washington, il ne contribue pas aux campagnes et n’approuve pas de personnalités politiques.

Omar, réfugiée éthiopienne née en Somalie, a été récemment nommée à la puissante commission des Affaires étrangères de la chambre. Ces dernières semaines, Omar et d’autres ont âprement critiqué deux projets de loi anti-BDS qui ont été déposés au Congrès.
[…]

L’AIPAC a rejeté avec vigueur les accusations d’Omar.

« Nous sommes fiers d’être engagés dans le processus démocratique pour renforcer la relation entre Israël et les Etats-Unis », a fait savoir l’organisation dans un communiqué. « Nos efforts bipartisans reflètent les valeurs et les intérêts américains. Nous ne nous laisserons dissuader d’aucune manière par des attaques désinformées et illégitimes de ce travail majeur. »

Les membres de la communauté juive américaine, et notamment de gauche, ont critiqué les propos d’Omar, dimanche, disant qu’ils témoignaient d’un antisémitisme flagrant.

L’AJC (American Jewish Committee) a dénoncé ses propos et lui a demandé de s’excuser.

« Suggérer qu’une organisation juive achète les politiques américains est un mensonge facile à démontrer et profondément antisémite. Les Américains sont pro-Israël simplement parce qu’ils le sont », a écrit l’AJC sur Twitter.

Michael Koplow, directeur politique du groupe Israel Policy Forum, qui soutient une solution à deux Etats au conflit israélo-palestinien, a tweeté qu’il était « sidérant que @IlhanMN passe ses toutes premières semaines au Congrès à propager des tropes antisémites sur des Juifs riches achetant les responsables élus, particulièrement après son recul bidon de son tweet sur les Juifs ‘qui hypnotisent le monde’. »
[…]

The Times of Israël

Le procureur de Brest révèle que l'incendie du domicile de Richard Ferrand a certainement eu lieu plusieurs jours avant qu'il ne dépose plainte
Élection régionale en Italie : la coalition de droite menée par la Ligue de Matteo Salvini triomphe dans les Abruzzes

Commentaires

Accueil
Menu
X