Plein ecran

Italie : 15 millions d’euros dépensés pour embaucher 120 migrants, « la folie du camp du bien »

11/02

A Milan, le projet Sprar a investi 15 millions d’euros dans des cours de formation pour les migrants, mais en 3 ans, il n’a produit que 120 embauches. Silvia Sardone, conseillère régionale et municipale s’insurge: « L’intégration fonctionne uniquement dans les contes de fées« .

« Nous avons un problème. Nous parlons des migrants, de l’intégration, de l’efficacité du système milanais dans l’accueil, etc. Pourtant, les données semblent contredire les reconstitutions enthousiastes de Beppe Sala et de ses associés.

Le conseiller Majorino et la gauche ne font que dépeindre les projets Sprar comme un modèle d’accueil qui fonctionne – explique Silvia Sardone, – celui qui a parmi ses priorités l’inclusion des migrants sur le marché du travail. Cependant, d’après les données que j’ai reçues en réponse à ma question municipale, j’ai découvert que ce n’est pas le cas.

Dans le document signé par Majorino, nous lisons que dans le cadre du projet Spar (activé en 2016), parmi les 414 migrants accueillis, seulement 127 ont participé à des cours de formation. Mais l’entraînement au travail ne devrait-il pas être le joyau de ce projet Sprar que la gauche a défendu avec une épée de sa main ? Eh bien, bien qu’il ait coûté à la ville de Milan un total de 15,1 millions d’euros en trois ans (2016-2018), il n’a produit que 25% environ des embauches de migrants.

En 2017, 162 stages ont été lancés pour 414 invités Sprar – explique Sardone – et toujours 25% du recrutement ; en 2018, cependant, les 173 stages ont commencé pour 414 invités Sprar, et 30% du recrutement. Le tout contre des dépenses publiques de 4,6 millions d’euros en 2016, 5,2 millions en 2017 et 5,3 millions en 2018. Au total, en fait, faire 15,1 millions d’euros.

[…] Selon la conseillère, il est « absurde » que « les projets d’emploi liés au Sprar de Milan n’aient créé que 32 emplois en 2016, 40 en 2017 et 52 en 2018, contre 1.242 migrants accueillis au total dans les centres. Ces cours qui coûtent des millions d’euros. « Majorino et ses camarades – conclut Sardone – doivent cesser d’organiser des marches d’accueil, des tables rondes multiethniques et des manifestations de rue pour les migrants: l’intégration dont ils se vantent n’existe que dans les contes de fées« .

IL Giornale

Genève : Le électeurs valident l'interdiction aux employés publics et aux élus de porter des symboles religieux
Maisons-Laffitte (78): L' église profanée, c'est la neuvième en 11 jours en France

Commentaires

Accueil
Menu
X