Plein ecran

Paris : colloque sur l’esclavage moderne en Afrique

10/02
[…] Ces dernières années, le phénomène de l’ « esclavage moderne » est devenu un sujet de débat public international. En Europe et aux États-Unis, les militants et les chercheurs étudient les causes expliquant la persistance de l’esclavage et d’autres formes d’exploitation qui s’en rapprochent. Ils discutent de la manière dont l’« esclavage » doit être compris et appréhendé de nos jours, longtemps après son abolition, et de ses liens avec d’autres modes de coercition (ou crimes), tels que la traite, le travail forcé et les mariages forcés.

Ces débats ont lieu alors qu’en Afrique de l’Ouest sahélienne nombre d’ONG abolitionnistes dénoncent et se battent contre les héritages de l’esclavage, qui incluent des cas actuels d’asservissement, des discriminations contre des individus et des groupes considérés comme descendants d’esclaves et la perpétuation d’idéologies pro-esclavagistes dans certains milieux.

Les principales ONG abolitionnistes qui s’occupent de ces questions ont formé le Réseau ouest-africain de lutte contre l’esclavage et la discrimination basée sur l’esclavage au Mali, en Mauritanie, au Tchad, au Burkina Faso et au Niger, également connu sous le nom de « G5 Sahel Esclavage ». Leur action prend une dimension de plus en plus politique, gagne en visibilité dans les médias et est soutenue par une part croissante des sociétés civiles dans chaque pays au même moment que leurs opposants deviennent plus agressifs. Comment ces mouvements doivent-ils être compris ? Quels sont les points communs et les différences au sein de la région ? La table-ronde est organisée autour des présentations de deux des plus importants protagonistes de ces dynamiques en Mauritanie et au Niger et, plus largement, dans le Sahel ouest-africain. […]

Libération

Bande dessinée : "Sarkozy-Kadhafi, des billets et des bombes"
Grenoble (38) : deux frères faisaient entrer des téléphones à la prison de Varces

Commentaires

Accueil
Menu
X