Plein ecran

Royaume-Uni : le « Daily Mail » contraint de corriger son reportage sur Saint-Denis

07/02

 

Le régulateur de la presse au Royaume-Uni a imposé au tabloïd britannique de rectifier des informations contenues dans un reportage sur Saint-Denis, paru en juillet dernier.

Le tabloïd britannique Daily Mail a été contraint de publier mercredi un encart intitulé « Clarifications et correctifs » à propos d’un reportage sur Saint-Denis. Celui-ci présentait la ville de Saint-Denis, dans la banlieue parisienne, comme un « État parallèle où l’allégeance à l’Islam passe avant la fidélité à la France ».  (…)

Un chiffre invérifiable de 350 djihadistes dans la commune. L’IPSO a reproché fin janvier au Daily Mail de présenter « comme un fait établi » que « 350 djihadistes connus vivent à Saint-Denis », un nombre que le journal « n’a pas pu justifier ». Selon le tabloïd, ce chiffre repose en fait sur des déclarations faites par un « responsable » anonyme à une autre publication et selon lesquelles il y aurait « environ 30 terroristes potentiels vivant en Seine-Saint-Denis et environ 300 extrémistes qui les soutiendraient ». Le Daily Mail a apporté un correctif dans son édition de mercredi, écrivant qu’il n’existait « aucun chiffre officiel portant sur le nombre des djihadistes » à Saint-Denis et dans le département de Seine-Saint-Denis.

« Pas de distinctions entre des commentaires et des faits ». Le journal a également été épinglé par le régulateur pour avoir affirmé que « 1.700 djihadistes sont rentrés en France après avoir combattu pour le groupe État Islamique en Syrie ». La publication a reconnu qu’il s’agissait en fait du nombre des personnes radicalisées ayant quitté la France pour rejoindre l’EI. Dans sa décision (en anglais), l’IPSO a également reproché au tabloïd d’avoir diffusé une « information inexacte » et de n’avoir pas fait de « distinctions entre des commentaires et des faits », en soutenant que 300.000 migrants clandestins habitaient à Saint-Denis.

Selon Le Point, 150 Gilets Jaunes seraient espionnés voire mis sur écoute téléphonique par les renseignements
Marseille : des militants antifascistes se mettent à l'arabe pour leurs appels à manifester

Commentaires

Accueil
Menu
X