Plein ecran

Etats-Unis : le film Mary Poppins accusé de blackface et de racisme dans le New-York Times

04/02

En octobre 1965 sortait en salles Mary Poppins, long-métrage de Disney dans lequel Julie Andrews interprète une nounou bien particulière. Drôle, touchant et entraînant grâce à ses musiques, le film est-il également raciste ? C’est ce qu’affirme Daniel Pollack-Pelzner, professeur d’anglais à l’université de l’Oregon, dans les colonnes du New York Times. L’homme va même plus loin, en affirmant que la scène des ramoneurs sur les toits de Londres est la pire de toutes puisqu’elle met en lumière des blackfaces – qui consiste à se colorer le corps pour se déguiser en une personne noire. Une pratique raciste, déplacée et héritée du passé colonial des États-Unis.

Pour prouver sa bonne foi, Daniel Pollack-Pelzner s’appui sur les nouvelles dont est inspiré le long-métrage. Dans Mary Poppins ouvre la porte (1943), une dame de ménage crie « ne me touche pas, noir sauvage » lorsqu’un ramoneur s’approche d’elle les mains couvertes de suie. Du racisme qu’il dit retrouver dans le film de 1964. […]

Vanity Fair

Quelques informations similaires sur Fdesouche :

Etats-Unis : «le restaurant voit là une photo de mineurs mais moi je vois des blackface offensantes»

«Blackface» : après Antoine Griezmann, le carnaval de Dunkerque accusé de racisme

Etats-Unis: le prix littéraire « Laura Ingalls Wilder » débaptisé en raison du racisme de « La Petite Maison dans la prairie »

"On n’a jamais été autant sollicités et jamais autant agressés" : les violences contre les pompiers de Paris ont augmenté de 60% en 2018
Discrimination à l'embauche : tests en cours, résultats fin mars

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu