Plein ecran

Le Pape en voyage aux Emirats arabes unis pour tendre la main à l’islam

03/02

François est arrivé dimanche soir à Abu Dhabi pour une visite de trois jours au cours de laquelle il compte confirmer sa politique de main tendue avec l’islam. Un déplacement dans un contexte tendu, alors que ce pays est impliqué dans le conflit au Yémen.

Mettre ses pas dans ceux de Saint François. Il y a huit siècles exactement, en 1219, le poverello d’Assise rencontrait le Sultan Malik Al-Kamil sur le delta du Nil. La cinquième croisade battait son plein mais la rencontre fut pacifique. […]

Ces deux jours à Abu Dhabi ne vont toutefois pas de soi en raison du contexte du conflit des Emirats arabes unis et de l’Arabie Saoudite avec le Yémen. À commencer par la diplomatie vaticane qui aurait plutôt appuyé sur le frein si elle avait été associée à l’organisation de ce voyage non prévu dans le calendrier et décidé par le pape seul. Emile Nakhleh, ancien directeur du programme d’analyse de la stratégie politique de l’islam de la CIA, cité par l’hebdomadaire progressiste catholique américain, National Catholic Reporter – pourtant proche du pontificat – résume le problème: «Ce n’est pas une bonne optique pour le pape de visiter les Emirats Arabes Unis qui sont toujours impliqués dans les atrocités commises au Yémen. Je ne sais pas comment sa sainteté peut même justifier cela». […] Il n’est même pas certain que François aborde ce sujet fâcheux sur place. […]

Relativement ouvert, ce pays de tradition musulmane malikite et non wahhabite, plus rigoriste, dispose d’un ministère de la «Tolérance». Il admet l’existence de 76 églises – dont 9 catholiques – mais avec interdiction de signes extérieurs et de prosélytisme chrétien. 90 % de ses habitants sont des étrangers essentiellement philippins et indiens. Ce sont eux qui formeront, mardi, le gros des 130.000 fidèles attendus pour la messe publique du pape. Ces travailleurs immigrés, mal payés, ne disposent d’aucun droit du sol aux Émirats arabes unis. Ils y demeurent des étrangers.

Le Figaro

Hongrie : connu pour ses positions anti-immigration, Orbán fait le choix d'une politique nataliste ambitieuse pour remédier au déclin démographique
Suède : Ivar, 83 ans, a été atrocement torturé chez lui par des agresseurs qui voulaient son argent, il est grièvement brûlé et ses oreilles ont été arrachées

Commentaires

Accueil
Menu
X