Plein ecran

Michel Onfray : «La colère des Gilets jaunes, une passion positive»

03/02

[…] Nous vivons au pied d’un volcan. Notre civilisation s’effondre après deux mille ans de bons et loyaux services… Le christianisme ne fait plus recette. Les chrétiens ayant pris tellement de liberté avec leur religion depuis Vatican II qu’il n’en reste plus grand-chose, sinon une invitation à être gentil plutôt que méchant, à préférer la paix à la guerre, sans que tout cela ne produise d’effets dans la vie quotidienne.

[…] Si l’on veut passer sur le terrain de la philosophie pratique, l’actualité nous conduit à nous interroger sur les actions des Gilets jaunes : certains qui veulent les déconsidérer parlent d’une passion triste, la colère comme moteur à leurs revendications. Il me semble qu’il en va bien plus d’une revendication de dignité, ce qui est une passion positive. Certes, il existe des violences, mais il faut en faire la généalogie plus que de les regarder avec l’œil de qui juge d’abord en activant ce que Nietzsche nommait la moraline qui est, sous prétexte de morale, la substance toxique des époques sans morale. Chercher d’où viennent les choses avant de savoir si elles relèvent du bien et du mal, voilà ce qu’est la démarche philosophique.

Le Parisien

Grèce : en 10 ans, 500.000 jeunes ont quitté le pays pour échapper au chômage
Comment Emmanuel Macron prépare un référendum en secret

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu