Plein ecran

Rixe mortelle à Paris : nouvelles révélations sur le rôle trouble du rappeur MHD

30/01

 

Le 17 janvier, le rappeur parisien a été mis en examen pour homicide volontaire et écroué dans l’affaire d’une rixe entre bandes rivales, qui s’était produite en juillet 2018. S’il conteste toute implication, l’enquête révèle des indices troublants à son encontre.

Voilà la banale -et triste- illustration de la violence qui mine les rivalités entre les bandes du nord-est de Paris : les cités alliées de la Grange-aux-Belles et du Buisson-Saint-Louis (Xe), auxquelles appartiendraient Loïc et ses amis, contre celle des Chaufourniers (XIXe), surnommée la Cité rouge. À ceci près que le drame implique cette fois… une star du rap français, connue pour ses « flows » aux sonorités africaines.   (…)

Après six mois d’enquête, Mohamed Sylla, dit MHD, un artiste de 24 ans ayant grandi aux Chaufourniers, a été mis en examen pour homicide volontaire et écroué. Quatre autres personnes sont poursuivies à des degrés divers. Mais les investigations, dont nous avons pris connaissance, montrent que les assaillants étaient dix au total : sept à pied, trois dans la Mercedes. La berline appartient au rappeur, comme l’a confirmé la découverte, dans l’habitacle, de documents de voyage pour la Guinée ainsi qu’un cahier de 89 pages intitulé « MHD, histoire d’enfances irrégulières ».

Saisis, les enquêteurs du 2e district de la police judiciaire parisienne relèvent que la haine entre les deux gangs est à son paroxysme depuis la mort, en 2017, d’un jeune du XIXe lors d’une rixe. Mais le meurtre de Loïc serait la conséquence des hostilités débutées quelques heures plus tôt au domicile de Binke K., l’un des mis en examen.

Ce dernier aurait été menacé par une dizaine de membres de la cité de la Grange-aux-Belles, armés de bâtons et de gourdins. Réfugié à l’étage, Binke K. aurait alors alerté ses amis des Chaufourniers, dont son frère qui est un proche de MHD. Un footballeur professionnel dont le nom est cité dans le tube « Champions League » (100 millions de vues sur YouTube) du rappeur parisien. Pour se venger de cette violente intrusion chez l’un des leurs, la bande de la Cité rouge s’en serait prise au groupe de Loïc K. « De la violence tribale. La victime n’était pas directement ciblée », souligne une source proche de l’enquête.  (…)

(Merci au Phare des Faits Divers)

Autriche : "En 2017, sur 203 individus suspectés de meurtres de femmes, 126 étaient des étrangers" dénonce la Ministre de la Famille
Suivre la commission d'enquête sur la lutte contre les groupuscules d'extrême droite en France en direct

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu