Plein ecran

États-Unis : La question de l’antisémitisme fait imploser la Women’s March

21/01

En janvier 2017, la Women’s March est devenue le symbole de la résistance populaire et féministe à Trump. Aux États-Unis, les manifestations avaient attiré plus de trois millions de personnes, dont beaucoup portaient les fameux «pussy hats» roses. Deux ans plus tard, le mouvement est divisé et affaibli.

Suite à une controverse sur les liens de trois de ses co-fondatrices avec Nation of Islam, une organisation antisémite et homophobe prônant le séparatisme de la communauté afro-américaine, des centaines d’associations ont retiré leur soutien à la Women’s March.

[…]

Réunion polémique

Les accusations d’antisémitisme circulaient depuis au moins un an. En février 2018, l’une des fondatrices de la Women’s March, Tamika Mallory, avait assisté à un discours de Louis Farrakhan, le leader de Nation of Islam, lors duquel il avait entre autres déclaré: «Les juifs [sont]responsables de toutes ces saloperies et ces comportements dégénérés créés par Hollywood, où les hommes deviennent des femmes et les femmes des hommes.»

[…]

Selon Tablet et le New York Times, l’une de ces organisatrices, Vanessa Wruble, a raconté durant cette réunion en quoi son judaïsme l’a inspirée à être activiste. Deux des co-fondatrices, Tamika Mallory et Carmen Perez, lui ont alors répondu que la communauté juive devait réfléchir à sa propre responsabilité dans le racisme, arguant qu’elle avait joué un rôle particulièrement important dans la traite des esclaves

[…]

Slate

 

Lyon : Poignardé dans la nuque pour avoir refusé une cigarette
Ceuta (Espagne): Le nombre de migrants mineurs a explosé de 446% en 2018

Commentaires

Accueil
Menu
X