Plein ecran

UE : Démantèlement d’un réseau qui organisait des mariages blancs entre migrants pakistanais et citoyennes portugaises

16/01

Les autorités belges et le Service de l’Immigration et des Frontières portugais ont démantelé, avec le soutien actif d’Eurojust et d’Europol, un réseau criminel qui a recruté des dizaines de femmes pour des mariages arrangés. Au cours d’une action internationale coordonnée, dix-sept suspects ont été arrêtés aujourd’hui en Belgique, et trois autres au Portugal

Ce réseau d’immigration illégale organisait des mariages arrangés, essentiellement entre des Portugaises et des Pakistanais. Les Portugaises étaient recrutées pour épouser des Pakistanais qu’elles n’avaient jamais vu, en échange de quoi elles recevaient des milliers d’euros en espèces. Les couples se rendaient alors en Belgique, où les épouses étaient aussitôt employées par des sociétés belges sans doute fantoches. Les maris acquéraient des parts de ces sociétés afin de pouvoir rester en Europe, et obtenir des permis de séjour  pour pouvoir bénéficier des aides sociales […]. Les femmes retournaient en général au Portugal, revenant occasionnellement en Belgique pour les contrôles de police et d’immigration.

L’enquête a débuté en Belgique en 2015, quand les autorités ont remarqué une augmentation suspecte des mariages mixtes à Ypres […].

Etant donné la nature internationale du crime, une équipe d’investigation commune a été mise en place en décembre 2017, ce qui a abouti à l’action conjointe d’aujourd’hui, qui a été conduite simultanément à Ypres et Bruxelles, ainsi qu’à Lisbonne et en Algarve, au Portugal […]. Un total de dix-huit perquisitions ont été menées en Belgique, ainsi que huit au Portugal. Des dizaines de faux papiers ont été saisis, de même que de nombreux ordinateurs et de l’argent liquide. Quarante-trois migrants clandestins d’origine pakistanaise ont été identifiés…

Communiqué de presse Europol/Eurojust [Unité de Coopération Judiciaire de l’Union Européenne]

Tuerie du Musée juif de Bruxelles : Mehdi Nemmouche refuse de s'exprimer lors de son procès (MàJ)
La nouvelle vie d'une famille de réfugiés syriens dans un village du Haut-Doubs

Commentaires

Accueil
Menu
X