Plein ecran

Finlande : Scandale de viols de jeunes filles par des migrants, le président exprime son « dégoût », les Finlandais réclament des expulsions (MàJ)

18/01

Le nombre de crimes sexuels signalés aux autorités a augmenté de 13,8 % d’une année sur l’autre en Finlande en 2018, d’après Statistics Finland.

Le nombre de viols signalés aux autorités a augmenté de 7,5 % et le nombre de cas de harcèlement sexuel de près de 28 %.

Les autorités finlandaises ont également été informées de 1 363 cas d’abus sexuels sur des enfants, soit une augmentation de près de 17 % par rapport à l’année précédente.

La police finlandaise a mis en lumière ses statistiques préliminaires sur les crimes sexuels au début de cette semaine, indiquant que les étrangers étaient les auteur d’une part disproportionnée (25%) des crimes sexuels signalés en Finlande. Les ressortissants étrangers représentent moins de 5 % de la population totale du pays.

(…) Helsinki Times


16/01

Les parlementaires finlandais ont accepté mardi la mise en place urgente de mesures plus sévères à l’encontre des criminels sexuels nés à l’étranger, après l’arrestation de migrants soupçonnés d’abus sexuels sur des fillettes, ce qui a indigné le pays nordique.

Ces dispositions pourraient inclure le relèvement de la peine minimale pour violences sexuelles sur mineurs ou encore le retrait de la nationalité finlandaise pour les criminels sexuels d’origine étrangère.

Samedi, les autorités finlandaises ont annoncé avoir arrêté trois hommes d’origine étrangère soupçonnés d’agressions sexuelles multiples et graves sur des enfants et de viols. Ces dernières semaines, une série d’arrestations similaires ont eu lieu dans la ville d’Oulu, située à environ 200 kilomètres au sud du cercle polaire.

En décembre, la police de la ville avait arrêté au moins neuf suspects -tous arrivés en Finlande sous les statuts de réfugié ou demandeur d’asile- pour des délits sexuels présumés contre des enfants. Vendredi, trois nouveaux suspects ont été arrêtés dans le cadre de quatre enquêtes sur des soupçons de viols et d’abus sexuels sur des filles de moins de 15 ans.

(…) Paris Match


A trois mois des élections législatives, le 14 avril, l’interpellation de plusieurs demandeurs d’asile et réfugiés, soupçonnés de viols et d’agressions sexuelles sur mineures, relance le débat sur l’asile en Finlande. Lundi 14 janvier, à 20 heures, près de 90 000 personnes avaient signé la pétition d’initiative populaire lancée au début de décembre qui exige la révocation du permis de séjour des réfugiés condamnés pour crimes sexuels.

(…) Le Monde


15/01

Le président finlandais a exprimé son « choc et son dégoût » après que la police ait identifié davantage de suspects liés à un gang de violeurs étrangers visant les enfants dans une ville du nord du pays.

La police soupçonne 16 hommes nés à l’étranger d’avoir commis des viols ou d’autres abus sexuels sur des fillettes âgées de 10 à 15 ans à Oulu, dans le nord de la Finlande, ajoutant quatre autres hommes à l’enquête d’aujourd’hui.

En outre, la police de Helsinki, la capitale, a annoncé dimanche avoir arrêté trois hommes nés à l’étranger pour les inculper aux mêmes motifs.

Dans une déclaration publiée lundi, le président Sauli Niinistö a déclaré que les crimes à Oulu « nous ont choqués par leur inhumanité ».

Il a ajouté: « Le droit à l’intégrité est l’une des valeurs sur lesquelles repose notre société et doit être respecté par tous ici. »

« Il est inacceptable que certains demandeurs d’asile, dont ceux à qui l’asile a été accordé, aient introduit le mal ici et créé l’insécurité. »

Antti Lindtman, chef du principal parti d’opposition, le parti social-démocrate, a déclaré: « La question est de savoir si nous pourrions prendre des mesures maintenant, même pendant ce mandat, pour prévenir des crimes aussi lâches que ceux-là. Oui il y en a. »

Une pétition citoyenne demandant le retrait de l’asile aux personnes reconnues coupables de crimes sexuels a reçu 62 000 signatures au cours du week-end, brisant ainsi la barre des 50 000 nécessaires pour forcer le Parlement à examiner la question.

[…]

Daily Mail via Fdesouche.com


La police d’Oulu, en Finlande, a signalé de nombreux cas d’agressions sexuelles sur des filles mineures cette semaine.

Plusieurs suspects ont été arrêtés. Cela concernerait des demandeurs d’asile du Moyen-Orient et d’Afrique. Le peuple finlandais est consterné par les crimes.

« Il est inacceptable que certains demandeurs d’asile, et même ceux à qui on a déjà accordé l’asile, nous apportent du mal et créent un sentiment de menace », a déclaré samedi le président finlandais, Sauli Niinistö.

Comme le rapporte le portail polonais ‘Interia’, Niinistö a déjà fait une déclaration vendredi. Une enquête est en cours. Les suspects sont soupçonnés d’avoir violé plusieurs filles de moins de 15 ans.

La police d’Oulu a informé le public des crimes début décembre 2018. Sur dix suspects, huit ont été arrêtés entre-temps. Parmi eux, certains vivent en Finlande depuis de nombreuses années et ont déjà obtenu la nationalité finlandaise.

La police soupçonne qu’il pourrait s’agir d’au moins « une douzaine » de victimes d’agressions sexuelles au cours de l’été et de l’automne de l’année dernière.

Selon les enquêteurs, il ne s’agit que de la pointe de l’iceberg.

Niinistö a également été étonné par le nombre élevé de victimes et d’agresseurs: « Les événements à Oulu sont choquants, inhumains. » […]

Le chef du gouvernement a souligné que l’objectif du système d’asile est d’aider les personnes en danger et non de protéger les criminels. Il a également rappelé l’amendement du gouvernement, qui facilite l’expulsion des étrangers qui commettent des crimes graves. Le ministre finlandais de l’Intérieur, Kai Mykkänen, a également déclaré que la citoyenneté finlandaise devrait être retirée aux délinquants sexuels concernés. Des mesures législatives ont déjà été prises à ce sujet.

Tag24.de

Rappel :

Finlande : viol collectif et répété d’une adolescente par une dizaine de migrants, le ministre de l’Intérieur est consterné

La Finlande prévoit d’expulser les délinquants sexuels étrangers suite à des affaires de viols sur mineures commis par des migrants

Bayonne (64) : l’État ne veut pas financer la structure d’accueil des migrants
Île-de-France : de plus en plus de migrantes originaires d'Afrique subsaharienne ou du Maghreb sans logement à la sortie des maternités

Commentaires

X
Accueil
Menu