Plein ecran

« Gilets jaunes » : Valérie Pécresse appelle à un « grand mouvement de décentralisation »

06/01

Le président de la République doit « revoir complètement sa méthode : faire plus de concertation et s’appuyer sur les corps intermédiaires ».

La crise des « gilets jaunes » ne s’éteindra pas sans un « grand mouvement de décentralisation », selon la présidente LR de la région Île-de-France, Valérie Pécresse. « L’État doit lâcher prise » et « faire enfin confiance aux collectivités », estime-t-elle dimanche 6 janvier dans une interview au Journal du dimanche.

« Si (Emmanuel Macron) veut des résultats, il faut que l’État lâche prise.

(…) Pour avoir moins d’impôts, plus de cohésion et plus de résultats, il va falloir faire enfin confiance aux collectivités », affirme l’ancienne ministre du Budget. « Il faut qu’Emmanuel Macron rompe avec la technostructure jacobine qu’il a mise en place, reparte du terrain et lance un grand mouvement de décentralisation. Qu’il accepte de déléguer une partie de son pouvoir à des élus qui l’exerceront mieux, au plus près des Français », estime-t-elle.

Si Mme Pécresse affirme que « rien ne justifie la violence », elle juge aussi que le mouvement des « gilets jaunes » n’est « pas terminé », car il se « nourrit d’une grande déception vis-à-vis d’Emmanuel Macron et du pouvoir en général ».

(…)

Pour réformer, le président de la République devra « revoir complètement sa méthode : faire plus de concertation et s’appuyer sur les corps intermédiaires ». « Il faut qu’il soit sincère, aussi : il ne peut pas dire qu’il augmente les impôts pour faire de l’écologie quand ce n’est pas le cas. Et il faut de l’équité », ajoute-t-elle.

(…)

Orange

(Merci aux frères siamois)

Vale de Salgueiro (Portugal) : L'étonnante coutume de ce village portugais pour fêter l'Epiphanie
Sartrouville (78) : incendie criminel dans une école maternelle

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu