Plein ecran

Hôpital public : la politique de non-remplacement et de redéploiement des personnels a atteint sa limite

Déc
2018

La recette des hôpitaux publics pour juguler leurs déficits et récupérer des marges de manœuvre financières est connue de longue date. Mais après des années de mise en œuvre, la potion est devenue trop amère pour les soignants. La politique de non-remplacement et de redéploiement des personnels a atteint sa limite.

Et la situation pourrait se tendre davantage ces prochaines années. Pour répondre à des déficits qui devraient atteindre cette année entre 1,1 et 1,3 milliard d’euros, les plans de suppressions de postes se multiplient. Dans les hôpitaux de Marseille, Nancy et Tours, des centaines d’emplois sont sur la sellette. A Cherbourg, l’hôpital pourrait devoir économiser 190 équivalents temps plein d’ici à 2022, soit 10 % du total de ses effectifs. […]

Après avoir réduit 405 postes équivalents temps plein cette année, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a annoncé, fin novembre, que 779 postes non médicaux (dont 240 dans les services de soins) allaient être supprimés en 2019 au sein de ses 39 établissements. […]

Sous le couvert de l’anonymat, un directeur de groupe hospitalier explique que le non-remplacement de quasiment tous les départs en retraite de personnel soignant est sa «seule marge de manœuvre». […]

Le Monde

Paris. La gentrification des quartiers périphériques s'accélère : "Un changement de population s'opère"
Projet #Diasporavote : Un programme européen communautariste pour inciter les minorités à voter

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu