Plein ecran

La France championne des impôts

05/12

Deux rapports de l’OCDE soulignent le poids des impôts dans le PIB en France, numéro un parmi les pays membres de l’OCDE avec un taux de 46,2%. Les cotisations sociales et l’impôt sur la propriété pèsent particulièrement dans l’Hexagone, à l’inverse des impôts sur le revenu et sur les bénéfices des entreprises.

(…)

En 2017, les impôts représentaient en France 46,2% du PIB. C’est beaucoup plus que la moyenne de l’OCDE, limitée à 34,2%, ou même qu’en Allemagne où ce ratio ressort à 37,5%. C’est aussi dans l’Hexagone que les impôts ont le plus progressé depuis 2000. Ils ne représentaient alors que 43,4% du PIB.

(…)

Poids des contributions sociales

Dans la palette fiscale, les cotisations sociales figurent désormais en haut du podium avec 26% des recettes. C’est d’ailleurs leur poids, particulièrement important dans l’Hexagone (36,8% des revenus fiscaux) et celui des impôts sur la propriété (9,4% contre 5,7% pour la moyenne de l’OCDE) qui propulsent la France en haut du tableau.

Le Figaro


Pression fiscale record dans l’OCDE en 2017, la France en tête

(…)

Il s’agit du chiffre le plus élevé enregistré depuis que l’organisation basée à Paris a commencé à compiler ces données fiscales en 1965.

Selon le rapport de l’OCDE, la France, avec un taux de prélèvements atteignant 46,2% du PIB en 2017 (+0,7 point par rapport à 2016), a ravi la première place au Danemark, où la pression fiscale s’est élevée à 46,0% l’an dernier (-0,2 point par rapport à 2016). Suit la Belgique, avec un ratio de 44,6% en 2017 (+0,5 point).

Reuters

La République dominicaine ne signera pas le pacte sur les migrations de l'ONU
Gilles Dor : "Fâchés mais pas fachos"

Commentaires

Accueil
Menu
X