Plein ecran

Gilets jaunes : «  trop peu, trop tard  », la presse dénonce la réaction du gouvernement

05/12

Du « Figaro » à « Libération », les éditorialistes estiment que les décisions du gouvernement ne seront pas suffisantes pour endiguer la crise des Gilets jaunes.

Alors que la suspension de taxes a été annoncée par l’exécutif hier face à la crise des Gilets jaunes, la presse dénonce, dans son ensemble, une décision légère et tardive. «  Il fallait s’y attendre ! Aux yeux d’une majorité de Gilets jaunes, c’est trop peu et trop tard  », déplore Yves Thréard dans son édito du Figaro. Toujours dans le quotidien conservateur, Guillaume Tabard juge que «  si gouverner, c’est choisir, selon la sage formule de Pierre Mendès France, Emmanuel Macron et Édouard Philippe ne gouvernent plus  ».

Pour Libération, l’exécutif est «  en marche arrière  ». «  Le gouvernement a tout lâché. Mais ce tout n’est pas forcément assez  », prévient Laurent Joffrin dans son édito. «  Ça passe ou ça casse  », s’inquiète Le Parisien en une, soulignant qu’Emmanuel Macron et Édouard Philippe se sont «  enfin  » décidés à suspendre la hausse des taxes sur les carburants qui embrase le pays depuis près d’un mois. «  Cela suffira-t-il à calmer les esprits ? Rien n’est moins sûr  », pour l’éditorialiste du quotidien populaire, Jean-Baptiste Isaac.

«  Des miettes ne suffisent pas  », lance L’Humanité à la une. «  Le pouvoir recule, mais pied à pied, lâchant des miettes  », s’indigne Patrick Apel-Muller dans son édito. «  Trop peu, trop tard, donc. Et trois jours seulement pour éviter un “Acte IV” qui pourrait être encore plus tragique  », commente également Daniel Muraz dans le Courrier picard. Dans La Montagne Centre France, Florence Chédotal fait chorus «  trop tard, trop peu, dit-on, mais surtout trop de gâchis au passage  », note-t-elle. Patrice Moyon, dans Ouest-France, trouve également que «  ces annonces viennent tard. Et peut-être trop tard. Plus personne ne semble vouloir écouter  », constate-t-il. «  Une goutte d’eau dérisoire ; un tout petit recul loin des mesures sociales nécessaires et réclamées  », juge Françoise Verna dans La Marseillaise.

(…)

Le Point

Migrations : Bruxelles propose un changement de méthode
Arc de Triomphe : De simples amendes pour Mohamed, Oualid et Miloud de Bondy, jugés pour recel suite au pillage du monument

Commentaires

Accueil
Menu
X