Plein ecran

L’entrée de l’extrême droite au Parlement andalou marque la fin de l’exception espagnole (Edito du Monde)

04/12

Quasi absente jusque-là des instances politiques, le parti Vox a fait élire douze députés régionaux dimanche.

L’Espagne est devenue un pays « normal » au sein de l’Union européenne et c’est une mauvaise nouvelle.

Ce pays à peine remis d’une sévère crise économique, en butte au chômage de masse, à l’augmentation des inégalités et aux flux migratoires, semblait immunisé contre l’extrême droite, en raison de son passé franquiste. Quarante-trois ans après la mort de Franco et le retour de la démocratie, l’exception est terminée. Dimanche 2 décembre, le parti Vox a fait une entrée fracassante au Parlement andalou en y faisant élire douze députés régionaux, avec 11 % des voix, contre 0,5 % trois ans plus tôt. […]

L’alternance politique en Andalousie ne doit pas passer par la banalisation de l’extrême droite. Moins encore par une forme d’adhésion à son programme. Or les prises de position récentes du jeune président du PP, Pablo Casado, associant immigration et délinquance , semblent témoigner d’un tournant qui, à défaut d’affaiblir Vox, risque au contraire de justifier et de normaliser son discours.

Le Monde

Pacte mondial sur les migrations : des juristes allemands accusent le gouvernement Merkel de "tromperie"
"Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières" : Le document en intégralité

Commentaires

Accueil
Menu
X