Plein ecran

Fake news du Monde : ce n’est pas le jeune Mehdi qu’on voit se faire tabasser par la police sur une vidéo (Màj)

04/12

04/12/2018

[…] Hier en début de soirée, l’avocat Yassine Bouzrou a déclaré au Parisien que Mehdi K., présenté comme son client, portait plainte. Une information reprise alors par l’AFP et plusieurs médias. Ce texte, également consulté par CheckNews, indique que Mehdi K. «se trouvait rue de Berri [quand] il a été agressé par huit membres des forces de l’ordre».

[…] Checknews s’est d’abord procuré et a visionné plusieurs autres vidéos de l’interpellation, prises sous d’autres angles. Et dans l’une d’entre elles, filmée par un riverain, il apparaît que le jeune homme frappé a les cheveux clairs et saigne du côté droit du visage. Mehdi K., lui, a eu l’orbite gauche éclaté comme le montre cette photo qui a circulé sur les réseaux sociaux ainsi qu’un document médical que CheckNews a pu consulter. […]

En résumé, une enquête a été ouverte après la diffusion d’une vidéo montrant une interpellation très violente rue de Berri. Selon plusieurs internautes et médias, il s’agirait de Mehdi K., 21 ans. Mais une autre vidéo révélée par CheckNews et filmée dans la continuité de la première ne confirme pas ce point. Plusieurs témoins nous ont par ailleurs affirmé qu’il ne s’agissait pas des mêmes personnes. […]

Libération

Merci à MD


03/12/2018

Le Monde » a retrouvé le jeune homme en question. Mehdi K., 21 ans, est hospitalisé à la Pitié-Salpêtrière, à Paris. Il a le visage extrêmement tuméfié et souffre d’une fracture du plancher de l’orbite gauche. Il affirme n’avoir commis aucune violence samedi et dénonce le comportement des policiers. La préfecture de police de Paris, elle, n’a pas souhaité commenter cette affaire. Mehdi K. a annoncé son intention de porter plainte.


La vidéo montre un jeune homme sans gilet jaune frappé à terre très violemment à coups de pied et de matraques par des forces de l’ordre casqués. Ils sont d’abord trois fonctionnaires à entourer l’individu à terre et à le frapper, puis cinq, puis sept, puis finalement huit.

Impossible de savoir ce qui a précédé ces images et entraîné un tel déchaînement injustifiable de violence de la part des forces de l’ordre.

Une plainte contre X a été déposée cet après-midi auprès du procureur de Paris par Mehdi K. pour « violences aggravées en réunion avec usage d’une arme par des dépositaires de l’autorité publique dans l’exercice de leurs fonctions ».

(…) Le Parisien

Un promoteur immobilier efface une mosquée dans une publicité : il est accusé d'islamophobie
L'avis d'activistes d'extrême-gauche sur la mobilisation des Gilets Jaunes de samedi dernier : "Internet a fait des dégâts dans le prolétariat et la fachosphère encore plus"

Commentaires

Accueil
Menu
X