Plein ecran

Marseille : « L’Aquarius est bloqué, mais nous voulons repartir en mer sauver des migrants »

28/11
L’Aquarius est toujours bloqué à Marseille. L’association, qui vient en aide aux migrants en mer, lance une campagne d’appel aux dons. Explications avec son président Francis Vallat, présent aux assises nationales de l’économie de la Mer à Brest.

L’Aquarius est à Marseille, toujours immobilisé, nous inventorions des pistes et nous devrions avoir des réponses dans les jours qui viennent avec un peu d’espoir même si certaines portes se ferment. Si au bout de la route, toutes les portes étaient fermées, nous interpellerions les Etats de droit pour leur dire : écoutez, dites officiellement que vous acceptez que l’un des principes fondamentaux du droit maritime international, le droit de pavillon, est violé. Ou aidez-nous à naviguer ! On est prêt à avoir n’importe quel bateau adapté, n’importe quel pavillon, pas forcément européen, ce que nous voulons, c’est retourner en mer pour sauver les gens qui fuient l’enfer de la Libye, naturellement en respectant toutes les règles. On ne lâchera pas.

Pour l’instant, vous avez un pavillon du Libéria, n’est-il pas suffisant?

Pour le moment il ne sert à rien, il est là pour des raisons administratives, l’armateur a préféré avoir un pavillon pour être sûr d’être bien couvert pendant son immobilisation. Mais ce que je n’aurais jamais pu croire de ma vie, c’est que des autorités du pavillon disent là : à cause du chantage italien, je suis d’accord mais à condition que vous ne fassiez pas de sauvetage. On croît rêver quand on est un homme de mer… […]

Ce mardi 27 novembre, vous lancez une nouvelle campagne d’appel aux dons…

Cette nouvelle campagne de dons, indépendamment de l’actualité, est axée sur ce qu’il y a de plus fondamental, c’est-à-dire nos valeurs, humanistes, républicaines, occidentales etc. On ne peut pas dire que l’on dépasse les 55.000 morts à nos portes et regarder ailleurs alors que nous avons des valeurs. Penser que la solution c’est de les laisser couler en mer, c’est couler notre âme avec, on perd notre identité européenne. Cette campagne veut également montrer aux gens que ce ne sont pas des numéros, pas des chiffres, derrière il y a des personnes, des enfants, des femmes, des hommes, qui ont les mêmes préoccupations que nous, autant d’amour entre eux et qui souffrent comme nous.

A quoi serviront les dons récoltés ?

Aujourd’hui, on dépense un petit peu moins parce qu’on est à quai, mais on a toujours besoin de fonds et avec tout ce qui nous tombe dessus, on a besoin d’avoir des réserves et encore une fois, nous comptons retourner en mer le plus tôt possible. C’est pour celà que nous remerçions tous les acteurs et associations qui se démènent pour nous aider, avec nos bénévoles bien sûr, en Occitanie particulièrement, mais aussi dans bien d’autres régions. […]

Midi Libre

Merci à MD

Le discours de Macron en réponse aux Gilets Jaunes n'a pas convaincu 76% des Français dont 55% de ses propres électeurs
Béziers : il tente une excision avec une lame de rasoir sur son ex-compagne

Commentaires

Accueil
Menu
X