Plein ecran

Pour le Figaro la diversité des prénoms en France est due à la législation (màj : les 338 prénoms qui couvrent 50% des naissances françaises en 2017)

19/11

(NDR : le caractère religieux ou ethnique n’est jamais évoqué le dossier du Figaro, pourtant très dense)

« Un constat s’impose : nous sommes beaucoup moins aujourd’hui à porter le même prénom qu’il y a un siècle. En 1900, parmi les 1707 prénoms recensés par l’Insee, le plus donné, Marie, représentait 11% des naissances. Cent ans plus tard, Léa l’avait remplacé en haut de la liste, mais ne représentait plus que 1% des prénoms donnés. Et en 2017, le lauréat Gabriel est même tombé sous la barre des 1%. Cette année-là, on recensait 13.000 prénoms différents, soit 7,6 fois plus qu’en 1900. Un pic a été atteint en 2012, avec plus de 13.643 prénoms recensés. »

courbe

« Un léger assouplissement de la législation intervient en 1966, autorisant notamment les prénoms régionaux. Mais c’est en 1993 que les règles changent fondamentalement : la loi du 9 janvier autorise le libre choix du prénom. Concrètement, l’officier d’état civil qui enregistre la naissance ne peut plus refuser d’inscrire les prénoms choisis. Seule limite, outre la langue française : si ceux-ci ou leur association avec le nom «lui paraissent contraires à l’intérêt de l’enfant», il peut en faire part au procureur. C’est ce qu’il s’est passé dans l’affaire de l’orthographe de Fañch. »

La législation a permis l’éclatement des prénoms.

L’étude très poussée du Figaro sur « les prénoms qui racontent notre société ».

Lognes (77) : une jeune femme de 23 ans a été violée sous la menace d'un couteau à la sortie d'une gare RER
Japon : arrestation du patron de Renault-Nissan-Mitsubishi pour fraude fiscale

Commentaires

Accueil
Menu
X