Plein ecran

Etats-Unis : un « sociologue de gauche » ne jurant que par les déterminismes sociaux étudie la génétique pour réfuter ses « folles hypothèses » et change d’avis

17/11

(…)
La liste des auteurs de l’étude de [Daniel] Benjamin ressemble à ce qu’aurait été un accident de bus universitaire : sociologues et économistes se mélangeaient avec épidémiologistes, psychiatres et généticiens. Mais Dalton Conley, professeur de sociologie à Princeton, est peut-être en soi le mélange le plus compliqué sur les plans personnel et professionnel.

« J’ai grandi en tant qu’enfant blanc dans un quartier majoritairement afro-américain et latino-américain rempli de projets de logements, » dit Conley. « Mes parents étaient des artistes de gauche. À un certain moment, ils ont menti sur notre adresse pour me transférer dans une école publique de Greenwich Village, alors j’avais un trajet quotidien dans le paysage socio-économique. » Dans ses mémoires d’enfance, « Honky », Conley écrit que très vite il sut que « d’après ma couleur de peau, je serais traité d’une certaine façon. » La puissance sociale de certains gènes était évidente pour lui, écrit-il, car « certains enfants ont reçu un traitement particulier parce qu’ils étaient plus grands ou plus lourds que les autres, mais être plus blanc que les autres était une toute autre affaire ».

Conley décrit ses premiers travaux académiques comme de la « sociologie de gauche ». Sa thèse de doctorat portait sur l’écart de richesse en noir et blanc et il a consacré ses débuts de carrière à l’étude de la transmission de la santé et de la richesse entre parents et enfants.

A l’Université de New-York, Conley n’arrêtait pas d’entrer en désaccord avec les généticiens, arguant que leurs méthodes étaient dangereusement naïves. Il lui semblait peu plausible que juste par l’étude de jumeaux – l’étalon-or de la recherche en génétique – était suffisante pour nous apprendre la différence entre l’inné et l’acquis. Mais avec le temps, il a décidé qu’il ne suffisait pas de débattre. Conley est un universitaire, et même au sein de ce groupe torturé, il paraît un peu masochiste. À l’époque, il était professeur titulaire, le genre de poste que la plupart des gens considèrent comme la fin d’une carrière universitaire, et pourtant il décida d’y retourner et d’obtenir un autre doctorat, cette fois en génétique. Il s’est lancé dans ce cursus persuadé que notre environnement social est largement la cause de nos performances et que la biologie est habituellement la variable dépendante. À la fin de cette période, selon lui, la flèche causale dans son esprit avait fait un 180° :

« J’ai essayé de montrer que les modèles génétiques surestimaient l’impact de la génétique à cause de leurs hypothèses folles. » Il soupire. « Mais au final j’ai fini par montrer qu’ils avaient raison. »

Maintenant, il se dit convaincu que les avantages de l’étude des scores polygéniques valent la peine d’être pris au sérieux. « J’ai encore quelques doutes sur ce qui peut être réalisé avec ce type de recherche, à quel point elle peut être explosive sur le plan politique « , dit-il. « Mais en tant que personne qui veut se plonger dans le comportement humain, je ne pense pas qu’on puisse l’ignorer davantage. »
(…)

The New York Times Magazine

La mobilisation des gilets jaunes (en direct)
Arabie Saoudite : selon la CIA le prince héritier Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi

Commentaires

Accueil
Menu
X