Plein ecran

Des cadres publicitaires affirment avoir perdu leur emploi car « blancs, hommes, hétéros et britanniques ». La responsable avait annoncé ses intentions.

Nov
2018

Un groupe de cadres dans la publicité affirme qu’ils ont été licenciés parce que « blancs, hommes, hétéros et britanniques ».

Les hommes ont perdu leur emploi chez J Walter Thompson après que Jo Wallace, directrice de la création, avait annoncé vouloir « effacer » la réputation « Mad Men » de l’entreprise.

Les hommes auraient contacté des avocats au sujet de la possibilité de porter plainte pour discrimination fondée sur le sexe, la race, la nationalité et la sexualité.

Si leur plainte est portée devant les tribunaux, elle deviendra un cas d’école au moment où les employeurs tentent de combler les écarts salariaux entre les sexes. JWT possède l’une des structures salariales les plus inégales de l’industrie de la publicité, selon les données publiées en vertu des règles gouvernementales. Les cadres supérieurs anonymes se seraient adressés à leur service des ressources humaines avec des préoccupations quant à la façon dont la recherche de la diversité pourrait affecter leurs perspectives de carrière.

Miss Wallace est la fondatrice de Good Girls Eat Dinner, un ensemble d’événements de réseautage qui se décrit comme « une source d’inspiration, de modèles féminins à suivre dans les industries créatives (où elles font cruellement défaut) ». Elle a décrit la piètre performance de JWT dans le domaine de la rémunération des femmes comme une  » fusée  » indispensable pour remédier au manque de diversité au sein du personnel de direction.

Après la publication des chiffres de l’écart salarial, JWT a mis en œuvre un plan visant à accroître la diversité par des méthodes telles que la « formation inconsciente des préjugés à l’intention du personnel » et une « politique de recrutement aveugle » qui permettrait de supprimer des détails comme le sexe des candidatures.

Le monde de la publicité dominé par les hommes est incarné par la série télévisée américaine Mad Men, qui dépeint des cadres en costumes vifs et au discours bien aiguisé, exerçant leur métier sur Madison Avenue à New York dans les années 1960.

Les chiffres de l’écart de rémunération entre hommes et femmes publiés en avril montrent que près de huit entreprises sur dix paient les hommes plus que les femmes. Il a été constaté que les hommes obtiennent également des primes plus élevées.

Mlle Wallace, qui s’est présentée comme une femme homosexuelle lors d’une récente conférence Creative Equals, est une militante de la diversité très en vue qui a fait pression pour que les femmes obtiennent des postes supérieurs dans la publicité.

Dans un article paru en décembre dernier, elle écrivait : « Beaucoup de gens dorment littéralement au travail lorsqu’il s’agit de diversifier leur département créatif au-delà des hommes blancs, pâles et périmés. »

« Il y a encore beaucoup trop de départements créatifs sans créateurs féminins ou noirs et d’une minorité ethnique. »

Un porte-parole de JWT a déclaré : « Il n’est pas approprié pour nous de commenter sur les individus dans un processus en cours. Tout licenciement chez JWT Londres est traité équitablement, légalement et sans aucune forme de discrimination ».

Aston Martin, Shell, Nestlé et Debenhams comptent parmi les clients de l’entreprise.

Daily Mail

Paris : il vole des chèvres et introduit le troupeau dans le métro, provoquant une heure d'interruption
Paris : accusé de propos sexistes, racistes et grossophobes par la CGT et la Ligue de défense noire africaine, un responsable de la mairie du XXe nie en bloc

Commentaires

Accueil
Menu