Plein ecran

Le train de vie de folie des dirigeants de Force Ouvrière

12/11

Le train de vie confortable des cadres dirigeants du syndicat FO

Jean-Claude Mailly, l’ex-secrétaire général de F.O, a touché 100.000 euros brut de salaires et primes en 2017. Cinq autres dirigeants ont perçu entre 76.000 et 83.000 euros bruts de revenus annuels.  Et certaines notes de frais sont à 5 chiffres, selon des pièces comptables consultées par Le Parisien. La direction de FO conteste la perte en 2017 de 635.000 euros, révélée par le quotidien.

La direction de Force Ouvrière, en crise depuis la démission de Pascal Pavageau, a un train de vie qui n’a rien d’ouvrier. Selon les documents de comptabilité interne dont Le Parisien a eu connaissance, les 13 membres du bureau confédéral ont en 2017 dépensé en tout près de 400.000 euros en notes de frais, soit en tout plus de 29.000 euros par personne sur un an. En 2017, Pascal Pavageau, alors secrétaire général chargé de l’économie et pas encore numéro un de FO, a dépensé 50.836 euros rien qu’en note de frais…

Les salaires des cadres dirigeants du syndicat sont à l’avenant. L’ex-secrétaire général, Jean-Claude Mailly, a perçu un revenu annuel brut total de 100.334,63 euros…

(…)

Le syndicat affiche une perte de 635.000 euros en 2017

Cinq autres personnes ayant des responsabilités au sein du bureau ou de l’organisation, salariés de la confédération, « ont en 2017 touché des revenus annuels avoisinant les 81.000 euros brut annuel avec primes (pour trois d’entre eux), les deux autres restants atteignant 76.955 et 83.881 euros » rapporte le quotidien.

Résultat: le train de vie dispendieux de la direction du syndicat plombe les comptes financiers de FO. Selon les chiffres des comptes de résultat publiés, une perte de 635.182 euros a été enregistrée pour l’année 2017 contre un excédent de près de 1,2 millions d’euros fin 2016. Et la dépendance de FO vis-à-vis des subventions reste forte puisqu’elles comptent pour 61% de ses recettes totales alors que les cotisations syndicales des militants n’en représentent que 27%, souligne Le Parisien.

(…)

BFM


Le train de vie de folie des dirigeants de Force Ouvrière

Hôtels, avions, loyers élevés. Ils ne s’épargnaient rien. Les notes de frais internes du syndicat Force Ouvrière, que publie ce lundi le journal Aujourd’hui en France, sont exorbitantes.

En 2017, Jean-Claude Mailly, alors secrétaire général, et douze membres de la direction ont fait passer des notes de frais d’un montant de 388 683 € toutes remboursées par le syndicat. Soit 29 898 € par personne.

Le plus dépensier a été Pascal Pavageau, l’homme qui a succédé à Jean-Claude Mailly à la tête de FO et qui a démissionné à la mi-octobre suite aux révélations par le Canard Enchaîné de l’existence d’un fichier sur les principaux cadres de l’organisation. Ils y étaient qualifiés de « niais », « francs-maçons » ou « trop intelligent pour entrer au bureau confédéral ». Il faut dire que cette année-là, Pascal Pavageau était en campagne électorale pour briguer la tête de FO. Il s’est fait rembourser 50 836,05 € dont 12 000 € environ de loyer, des billets d’avion et de train et des frais non détaillés chaque mois d’environ 3000 € chaque mois.

(…)

La Depeche


L’insolent train de vie des dirigeants de Force Ouvrière

(…)

Une addition de 22.000 euros chez Air France

Le plus dépensier a été Pascal Pavageau, alors secrétaire confédéral avant d’en devenir l’éphémère secrétaire général entre avril et le 17 octobre dernier, dont la facture atteint 50.836 euros. Parmi les frais déclarés, il y a environ 12.000 euros de loyer, auxquels il faut ajouter des voyages SNCF et des vols Air France. Mais également des notes de frais non détaillées chaque mois.

Ces notes de frais non détaillées sont une spécialité des membres du bureau : des montants de plusieurs milliers d’euros apparaissent sans que l’on sache à quoi cet argent a servi. Certains cadres n’ont pas hésité aussi à se faire rembourser des notes de plus de 2.000 euros auprès d’Air France. Le record est une addition de 22.000 euros laissés à la compagnie aérienne en 2016 par une ancienne cadre de FO.

(…)

Capital

 

Quand A. Kidjo, choisie par l'Elysée pour les commémorations du 11 nov., chantait devant 500000 personnes contre Trump, le traitait de "tyran" et signait une tribune incendiaire
Le Pacte de l’ONU "institue l’idée radicale que l’immigration doit être encouragée et protégée. C’est la dissolution des frontières, et aucun désaccord ne sera toléré"

Commentaires

Accueil
Menu
X