Plein ecran

L’autre visage « raciste » de la présence de la Chine en Afrique

Nov
2018

[…] Un projet ferroviaire kényan est l’un des investissements de la Chine en Afrique qui a été achevé. La ligne Madaraka Express assure depuis un an la liaison entre la capitale Nairobi et le plus grand port d’Afrique de l’Est, Mombasa.

C’est le plus grand projet d’infrastructure du Kenya depuis son indépendance obtenue de la Grande-Bretagne en 1963.

La phase de construction du chemin de fer a fait les manchettes à plusieurs reprises à la suite d’allégations de racisme. Des journalistes kényans ont rapporté que les travailleurs chinois ne voulaient pas partager une table à l’heure du déjeuner avec leurs collègues africains, et que les insultes et l’humiliation étaient à l’ordre du jour.

Pour la Kényane Elizabeth Horlemann, la raison d’un tel comportement de la part de certains Chinois est une empreinte culturelle.

« Ils ne tiennent pas compte des différences culturelles. Ce sont nos invités, mais ils s’orientent fortement vers leur propre idéologie, ce qui enflamme les choses », a déclaré à DW le formateur interculturel qui vit en Allemagne.

Les Chinois travaillent souvent sans interruption et l’état d’esprit est hiérarchique : « Faites ce que le patron dit. » De plus, selon l’analyste politique Steve Tsang, les Chinois eux-mêmes travaillent dans de mauvaises conditions dans les secteurs miniers ou de la construction lourde en Afrique. En soi, cela augmente le risque de conflit.

Tsang, qui dirige l’Institut chinois du SOAS de l’Université de Londres, suggère que l’endoctrinement politique en Chine pourrait jouer un rôle.

« Pour l’instant, le parti ne fait pas la promotion du multiculturalisme. En ce moment, le parti (communiste chinois) fait la promotion d’une identité chinoise, d’une culture chinoise », a déclaré M. Tsang dans une interview accordée à DW.

Jusqu’à présent, la Chine est l’un des pays les plus homogènes au monde. Environ 92 % de la population appartient à l’ethnie Han, dont seulement 0,04 % sont nés à l’étranger. « Si vous êtes endoctrinés par une identité chinoise, une civilisation chinoise, une culture chinoise, alors vous êtes dirigés dans la direction qui est essentiellement xénophobe » a déclaré Tsang.

Les Chinois ne sont pas seulement des invités, ils apportent aussi de l’argent, souligne Elizabeth Horlemann. Une des raisons pour lesquelles le Kenya, comme d’autres gouvernements en Afrique, est réticent à agir contre le comportement irrespectueux des Asiatiques. « Le sentiment de beaucoup de Kenyans n’est pas bon. Ils craignent d’avoir vendu leur pays aux Chinois », a déclaré Horlemann à DW.

Le gouvernement chinois ne fait pas grand-chose contre le racisme de ses citoyens. Cela ne surprend pas Steve Tsang. « L’élite dirigeante chinoise n’a pas vraiment intérêt à s’occuper du mauvais comportement des citoyens. Ils laissent cela aux autorités africaines », a-t-il expliqué.

Les travailleurs ordinaires en Afrique sont ceux qui ont le plus de difficultés – souvent ils ne savent pas comment faire face à la discrimination, légalement ou autrement, selon Tsang. Si d’autres incidents étaient signalés, le « facteur de la honte » entrerait peut-être en jeu, ce qui pourrait inciter les Chinois d’Afrique à adapter leur façon de penser.

La province de Guangdong, dans le sud de la Chine, est un exemple d’une telle évolution. La capitale Guangzhou abrite quelque 16 000 Africains – la plus grande population noire d’Asie – ce qui a contraint la Chine à faire face à sa propre xénophobie ; des rencontres et des échanges ont lieu. Malgré cela, le racisme quotidien est encore très répandu, les Noirs n’étant souvent pas les bienvenus dans les hôtels.

AfrikMag

L'antiracisme doit-il craindre la notion de race ? (Màj)
Pologne : commémoration de l'indépendance, une marée humaine de 200.000 personnes dans les rues de Varsovie (MàJ vidéos)

Commentaires

Accueil
Menu
X